« 13 Reasons Why » : Netflix et le tabou du suicide et du viol chez les ados

« 13 Reasons Why » : Netflix et le tabou du suicide et du viol chez les ados
Source : Lemonde.fr
12/05/2017 06:00

Certains experts craignent que des scènes explicites de la série américaine puissent choquer ou influencer les plus vulnérables, notamment les adolescents.

On devrait s’en réjouir. Depuis la sortie de 13 Reasons Why, la dernière série pour jeunes adultes lancée fin mars sur Netflix, jamais les médias américains n’ont autant parlé du viol et du suicide chez les adolescents.

Habilement mise en scène et subtilement interprétée, cette série en treize épisodes retrace les événements qui ont amené une adolescente à se donner la mort, après des mois de harcèlement et d’abus sexuels dans son lycée.

Tirée d’un ouvrage de Jay Asher paru en 2007, l’intrigue est malheureusement banale ; les agressions sexuelles sont devenues un fléau dans les universités américaines. Mais deux scènes de viol et la lente agonie de la jeune fille, qui se coupe les veines dans sa baignoire, ont cependant déclenché de vives polémiques entre les professionnels de santé spécialistes des adolescents et les réalisateurs de la série.

Série déconseillée par les psychologues scolaires

Le débat a pris une telle ampleur que, fin avril, l’ancien vice-président américain Joe Biden a évoqué le sujet lors d’un colloque organisé par son association d’aide aux victimes de viol, en présence d’une des actrices de la série dont le personnage, sous l’emprise de l’alcool, est violé par un camarade de classe.

Dans plusieurs Etats, les responsables éducatifs des collèges et des lycées ont écrit aux parents d’élèves pour les inciter à regarder la série avec leurs enfants et à en discuter.

Mais l’association nationale des psychologues scolaires a officiellement déconseillé son visionnage « aux jeunes vulnérables, particulièrement ceux ayant des idées suicidaires ». L’efficacité du récit pourrait « inciter les adolescents les plus influençables à idéaliser les choix faits par les personnages », estiment ces professionnels. Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), le suicide était la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 10 à 24 ans en 2014.

D’autres critiques portent sur l’inertie et l’aveuglement des personnages adultes (conseiller scolaire, parents) face au désarroi grandissant de l’héroïne, la jeune Hannah. Cette impuissance affichée, qui confine par moments au fatalisme, a fait bondir les professionnels de santé, qui rappellent la nécessité de prendre en compte les premiers signes d’un malaise adolescent.

Un énorme succès d’audience

Face à la controverse, Netflix et les réalisateurs, qui se sont entourés de psychologues lors du tournage, ont ajouté un avertissement au début des trois épisodes les plus explicites.

Un épisode-bonus de trente minutes, intitulé Beyond the Reasons, conclut la série : acteurs, réalisateurs et psychologues y déclinent les raisons pour lesquelles parler du suicide ou du cyberharcèlement est le meilleur moyen de lutter contre ces phénomènes.

« Si on avait fait du suicide un moment facile à regarder, on aurait vendu quelque chose que l’on ne souhaitait pas. » Brian Yorkey, créateur de la série

Coproductrice de la série, la chanteuse Selena Gomez a pris la défense de 13 Reasons Why, assurant que les réalisateurs étaient « restés fidèles au livre, qui dépeint une histoire compliquée, magnifiquement tragique et haletante ». ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale