L'incroyable histoire de Japonais qui se sont pris de passion pour la musique gnaoua

L'incroyable histoire de Japonais qui se sont pris de passion pour la musique gnaoua
Source : Huffpost Maghreb
29/05/2017 18:00

"Joyeux ramadan à tous nos amis, de la part de Gnawa Tokyo". Tokyo? Oui, vous avez bien lu. Sur leur page Facebook créée il y a un mois, le groupe de gnaouas japonais fête à sa manière le mois sacré, en diffusant régulièrement des vidéos de leurs performances musicales dans la médina de Marrakech.

Des images plutôt insolites qui font partie d'un projet de film documentaire sur ces Japonais fous de musique gnaoua, Koyo Yamada et Lady Kaya, filmés par Ricci Inagaki. Chacun d'eux s'est pris de passion pour cette musique ancestrale marocaine après avoir vécu une expérience personnelle qui les a bouleversés. Remède Pour Lady Kaya, le tsunami qui a frappé le Japon en 2011, entraînant la catastrophe nucléaire de Fukushima, a été un déclic. "Cela m'a interrogée sur la manière dont notre société place toujours l'économie en premier, et j'ai commencé à réfléchir à la façon dont je voulais vivre", explique-t-elle au HuffPost Maroc. Alors qu'elle traverse une période de dépression, son ami musicien Koyo Yamada lui offre son guembri à condition qu'elle retrouve le goût de la vie et le sens du rythme. Lui-même avait découvert la musique gnaoua il y a une vingtaine d'années, après avoir écouté un CD du maâlem Mahmoud Guinia. "Quand j'ai entendu la note émise par le guembri, j'ai pensé: 'C'est le son que je recherchais'", raconte celui qui se surnomme le "médecin de la musique". "La rencontre avec la musique gnaoua était tellement bouleversante que j'avais l'impression que l'électricité passait dans mon corps". La musique gnaoua a aussi été vécue comme un vrai remède à sa maladie pour Lady Kaya, qui jouait déjà du piano, de la batterie et des percussions. "J'ai décidé de jouer de la musique gnaoua pour mon bien. Et à ma grande surprise, cela m'a permis de faire de nombreuses rencontres inattendues". Transe En 2015, les deux musiciens commencent à donner quelques concerts dans des petites salles au Japon. C'est là qu'ils font la connaissance du vidéaste Ricci Inagaki. Lui-même avait découvert la musique gnaoua lors d'un voyage au Maroc il y a trois ans. "Comme beaucoup d'autres touristes, je m'étais perdu dans la médina de Marrakech. Au bout d'un moment, j'ai entendu de la musique et j'ai trouvé un groupe de personnes qui jouaient avec des castagnettes en métal et une sorte de guitare basse. ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale