Vingt ans après la sortie d’« Harry Potter », J. K. Rowling reste une autrice politique

Vingt ans après la sortie d’« Harry Potter », J. K. Rowling reste une autrice politique
Source : lemonde.fr
29/06/2017 14:01

L’écrivaine britannique a une autre passion que la littérature : commenter l’actualité et débattre. Sans qu’« Harry Potter » soit jamais très loin…

« Il y a vingt ans aujourd’hui, un monde dans lequel j’avais vécu seule s’est tout à coup ouvert aux autres. Ça a été merveilleux. Merci. » Lundi 26 juin, c’est notamment sur Twitter que l’autrice à succès J. K. Rowling a célébré l’anniversaire de la sortie du premier tome d’« Harry Potter », l’un des plus grands succès de l’histoire de la littérature. Vingt ans plus tard, l’écrivaine britannique poursuit sa carrière : en plus d’une pièce de théâtre, elle scénarise une série de films, Les Animaux fantastiques, qui prennent place dans son univers de sorciers et de créatures magiques. Mais elle a aussi une autre passion : commenter l’actualité et prendre part au débat politique, que ce soit sur Internet où lors de rares interviews et apparitions publiques. La « vie » d’Harry Potter se retrouvant, très souvent, en toile de fond de ces prises de positions… Revue de quelques-unes d’entre elles. Soutenir le LabourJ. K. Rowling fait part de ses opinions politiques depuis de nombreuses années. En 2008, elle a fait un don de 1 million de livres au Parti travailliste, (ou Labour Party). Elle-même, avant la publication du premier tome de la saga, qui l’a rendue multimillionnaire, bénéficiait des aides de l’Etat en tant que mère célibataire. Elle s’est par la suite déclarée fière de ces années difficiles : « Je pense que les familles pauvres et vulnérables vivront mieux sous un gouvernement travailliste qu’avec un Parti conservateur mené par David Cameron », avait à l’époque déclaré l’autrice de l’histoire d’un jeune garçon pauvre et orphelin. En septembre 2016, elle s’en est cependant prise à Jeremy Corbyn, alors réélu à la tête du Parti travailliste, l’accusant de mener le mouvement vers d’inéluctables défaites aux élections. « Corbyn. N’est. Pas. Dumbledore. », avait-elle déclaré, faisant référence à Albus Dumbledore, le directeur charismatique de l’école des sorciers, Poudlard, dans la saga. Le Labour, cependant, a enregistré un score meilleur qu’anticipé lors des élections législatives du 8 juin, affaiblissant le camp conservateur. Critiquer Donald TrumpC’est l’une de ses cibles favorites : J. K. Rowling s’en prend régulièrement au président américain, Donald Trump. « Vous êtes un petit, petit, tout petit homme », a-t-elle par exemple déclaré à la fin du mois de mai, en réaction à une courte vidéo montrant le chef d’Etat américain pousser le premier ministre du Monténégro, Milo Dukanovic, pour s’afficher au premier rang, lors de son premier sommet de l’OTAN. You tiny, tiny, tiny little man. https://t.co/mP3mad6cMt— jk_rowling (@J.K. Rowling) require(["twitter/widgets"]);Depuis l’élection du président américain, des fans progressistes se sont aussi empressés, sur les réseaux sociaux, de comparer le président états-unien au mage maléfique de la saga, Voldemort. Dans un article intitulé « Comment Harry Potter aide à donner du sens au monde de Trump », le quotidien britannique The Guardian écrivait en mars : « Ce qu’“Harry Potter” a offert à une génération, c’est une simple histoire de bien triomphant sur le mal, qui devient en cette période politique divisée un point de référence fréquent et controversé. » Dans un tweet publié en décembre 2015, Mme Rowling assurait même que Donald Trump était plus dangereux que Voldemort. Lire aussi :   « Harry Potter » a 20 ans : « un référentiel », « une partie de mon identité », « une béquille » Prôner la toléranceDepuis la publication de son œuvre, l’autrice s’est à plusieurs reprises exprimé pour défendre les messages politiques de ses livres. Certains personnages, par exemple, obsédés par les sorciers au « sang pur » et haïssant aussi bien les non-sorciers que ceux qui se mêlent à eux, font notamment référence à l’idéologie nazie. Une analogie qui a été confirmée par l’écrivaine. L’œuvre est dans son ensemble, selon les mots de J. K. Rowling, un « plaidoyer pour la tolérance et la fin du sectarisme ». « Je pense que c’est un message très sain à transmettre à la jeunesse : qu’il faut remettre en cause l’autorité et ne pas croire que l’establishment et la presse vous diront toute la vérité. » D’autres personnages sont inspirés de célèbres dictateurs, a aussi affirmé à plusieurs reprises Mme Rowling. Salazar Serpentar, estimant que seuls les sorciers au « sang pur » (nés uniquement de parents sorciers) devaient être admis à Poudlard, a par exemple été inspiré par Antonio de Oliveira Salazar, l’ancien dictateur portugais, a-t-elle assuré. Lire aussi :   « Harry Potter » a 20 ans : la saga en cinq chiffres Promouvoir la diversité… a posterioriJ. K. Rowling s’est aussi exprimée ces dernières années pour justifier certaines questions sociales et politiques soulevées par ses romans. Plusieurs lecteurs ont en effet critiqué le manque de diversité et de minorités dans ses livres. Un défaut d’autant plus amplifié dans les adaptations cinématographiques. A posteriori, l’écrivaine a tenté de répondre à ces critiques. Lors de la préparation de la pièce de théâtre Harry Potter et l’enfant maudit par exemple, qui raconte les années d’adulte du héros, l’actrice noire Noma Dumezweni a été choisie pour jouer Hermione Granger, la meilleure amie du jeune sorcier, interprétée au cinéma par une actrice blanche, Emma Watson. ...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale