La réforme de la culture au Maroc, le rêve fou de Mehdi Hadj Khalifa

La réforme de la culture au Maroc, le rêve fou de Mehdi Hadj Khalifa
Source : lesiteinfo.com
04/07/2017 23:04

Fondateur du mouvement Évolution, Mehdi Hadj Khalifa ambitionne de renouveler le logiciel politique de la gestion des affaires culturelles et artistiques au Maroc. Entretien.

Fondateur du mouvement Évolution, Mehdi Hadj Khalifa ambitionne de renouveler le logiciel politique de la gestion des affaires culturelles et artistiques au Maroc. Avant de publier à la rentrée un manifeste qui s’annonce d’ores et déjà comme un rendez-vous incontournable du débat démocratique, il répond aux questions du site info. 

Le site info : Vous souhaitez vous engager pour la défense de la culture au Maroc. Quel constat est tout d’abord le vôtre ?

Mehdi Hadj Khalifa : Je pense que l’univers culturel marocain n’a pas encore connu de mise à jour. La culture c’est d’abord la question de ce que l’on crée : quelles sont les idées, les données culturelles que nous voulons communiquer ; que ce soit dans l’art, le cinéma, la littérature, le théâtre, la musique… Mon état des lieux est d’abord celui-ci : on n’a pas compris, au Maroc, la dynamique de la consommation. La mondialisation est allée plus vite que nous. Celle-ci a commencé dans les années 70 ; en 95, nous n’avions pas encore été concernés par cette globalisation économique des échanges et la rapidité des flux culturels. Il s’agit donc de mettre à jour notre paradigme culturel.

D’autre part, le Maroc n’a pas compris ce qu’est l’économie de la création. Nous n’avons aucune notion de billetterie, par exemple. Les gens ne sont pas prêts à payer pour aller voir un concert, une pièce de théâtre. Cette économie-là reste à penser. Personne n’en a jamais parlé. Aujourd’hui, les acteurs avec lesquels on parle utilisent le mot d’économie et nous, on parle encore de culture ! Le front qui va libérer la problématique culturelle doit parler le langage de ceux qui la bloquent. C’est la connexion entre le monde économique et social et les acteurs du monde artistique et culturel qui va permettre l’émergence d’une économie de la création.

Troisième constat : la notion d’un art officiel ou national est désormais un concept fini. Aujourd’hui l’univers culturel doit réussir à dialoguer avec les outils qui sont face à lui : les théâtres, les salles d’expositions, les galeries. Il faut une réorganisation du schéma d’évolution culturelle. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai appelé mon mouvement Évolution.

Dernier constat et non des moindres, les différents acteurs culturels n’ont pas compris la digitalisation. Le public a aussi raté le coche.

Le site info : Quel devrait être, selon vous, le rôle d’un Ministère de la culture ? Quels devraient en être les priorités ?

Mehdi Hadj Khalifa : Je tiens à dire que les acteurs du Ministère de la culture dans les années précédentes ont fait un travail formidable. Mais aujourd’hui, le ministre se doit de remplir un rôle intégral et régalien dans les mécanismes culturels. Pour que cela se fasse, celui-ci doit être un fin stratège ou un acteur conscient de l’ensemble des dynamiques qui préfabriquent la modélisation du système culturel. Il doit pouvoir mettre en œuvre une stratégie réaliste afin d’approcher au mieux les normes du système culturel.

Le rôle du Ministère de la culture dans les dix prochaines années, au Maroc, est d’être l’architecte de l’économie de la création.Les priorités sont, à mon sens, celles-ci :  tout d’abord, il est urgent de procéder à un état des lieux de l’obsolescence culturelle marocaine sans toutefois générer de déconnexion avec son environnement premier, c’est-à-dire le peuple marocain.

La deuxième étape concernera la remise en cause du modèle fiscal global appliqué à l’économie de la création : taxations directes et indirectes, incitation fiscale des entreprises, défiscalisation par acquisition d’œuvres et par la commande, partenariat public-privé pour la mise en place de projets moteurs sont quelques-unes des mesures phares auxquelles je pense. ...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale