Plus de 10 millions d'enfants esclaves en 2017. Dont des petites marocaines

Plus de 10 millions d'enfants esclaves en 2017. Dont des petites marocaines
Source : lesinfos.ma
24/11/2017 17:05

Dans le monde, plus de 40 millions de personnes sont réduites en esclavage. Dont 10 millions d’enfants. Au Maroc, les ONG estiment à 80.000 le nombre de petites filles en situation de travail forcé. 

Récemment, un reportage de la chaîne américaine CNN a révélé l’existence d’un marché aux esclaves près de Tripoli, en Libye. Des images insoutenables qui n’ont pas manqué de faire réagir les représentants de la communauté internationale dont le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. « Je suis horrifié par ces reportages et séquences-vidéos montrant des migrants africains vendus comme esclaves en Libye », a martelé le secrétaire général des Nations unies. 

Cette récente révélation n’est pas un cas isolé

L’Article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 est on ne peut plus clair : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude. L’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». Par ailleurs, l’esclavage, dans sa forme classique, est officiellement aboli dans tous les pays du monde depuis plus de 30 ans. Seulement voilà. Le visage de l’esclavage a changé pour donner naissance à des formes contemporaines, souvent socialement acceptées. Le travail forcé, l’exploitation sexuelle, le mariage forcé et le travail des enfants en font partie.

Une étude publiée le 19 septembre 2017 menée conjointement par l’Organisation mondiale du travail (OIT), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le groupe de défense des droits de l’Homme Walk Free Foundation, révèle que dans le monde, plus de 40 millions de personnes, dont un quart d’enfants, sont réduites en esclavage. Ces nouvelles estimations montrent aussi que les femmes et les filles sont affectées de façon disproportionnée par l’esclavage moderne et représentent 71% du total. Cette recherche conjointe dévoile par ailleurs que parmi les 40 millions de victimes de l’esclavage moderne, environ 25 millions étaient des victimes de travail forcé et 15 millions de mariages forcés.

Le travail forcé des enfants : le cas des « petites bonnes » au Maroc

Quand peut-on parler d’esclavage ? La réponse se trouve dans la Convention 182 de l’Organisation internationale du travail : «L'esclavage existe lorsqu'une personne appartient à une autre personne et est mise au travail par elle sans avoir aucune influence sur ce qui lui arrive. Les esclaves sont détenus contre leur volonté depuis le temps de leur capture, achat ou naissance et ne sont pas autorisés à partir ni ne peuvent refuser de travailler. » C’est par exemple le cas de la petite fille de dix ans placée contre sa volonté dans une villa à Rabat pour y exécuter des travaux ménagers pénibles et souvent dangereux.

Au Maroc, 193.000 enfants de 7 à 17 ans exercent un travail dangereux. C’est ce qu’a révélé un rapport du Haut-Commissariat au plan (HCP) en 2016. 42.000 d’entre eux sont des filles. Selon une étude conduite en 2010 par le Collectif de l’éradication du travail des « petites bonnes », entre 60.000 et 80.000 filles de moins de 15 ans seraient en situation d’exploitation dans des maisons à travers le Royaume.

Que dit la loi marocaine à propos des jeunes travailleuses domestiques ? En juillet 2016, une loi a été votée. Elle donnait pour la première fois un cadre juridique aux travailleuses domestiques. Un an plus tard, en août 2017, le gouvernement a adopté deux décrets relatifs aux conditions de travail des employées de maison âgées de 16 à 18 ans. Qu’en est-il de celles qui ont moins de 16 ans ? La loi ne prévoit rien pour elles ! Autrement dit, aux yeux de la loi marocaine, elles n’existent pas.  Pourtant, si. Et elles sont esclaves. 







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale