« Liberté d'importuner » : Leïla Slimani monte au créneau

« Liberté d'importuner » : Leïla Slimani monte au créneau
Source : LesInfos.ma
12/01/2018 17:35

Pendant que les plaintes et dénonciations pour viols, harcèlement et agressions sexuels se multiplient à travers le mouvement planétaire « #MeToo » et que des têtes tombent au gré de l’emballement médiatique et de la détermination des victimes à faire entendre leurs voix – certainement encouragées par l’affaire Weistein - une tribune signée par un collectif de cent femmes - dont l’actrice française Catherine Deneuve - défraye la chronique outre-Atlantique, conduisant plusieurs féministes et personnalités publiques à monter au créneau, dont Leïla Slimani, écrivaine marocaine et lauréate du prix Goncourt.

Le « pamphlet » en question défend la « liberté d’importuner » et accuse l’offensive « #MeToo » d’avoir « entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels. Cette justice expéditive a déjà ses victimes, des hommes sanctionnés dans l’exercice de leur métier, contraints à la démission, etc., alors qu’ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». Avant de conclure que « les accidents qui peuvent toucher le corps d’une femme n’atteignent pas nécessairement sa dignité et ne doivent pas, si durs soient-ils parfois, nécessairement faire d’elle une victime perpétuelle. Car nous ne sommes pas réductibles à notre corps. Notre liberté intérieure est inviolable. Et cette liberté que nous chérissons ne va pas sans risques ni sans responsabilités ».

Cette tribune, qualifiée d’antiféministe et volontairement à contre-courant, a déclenché une vive polémique et une guerre par médias interposés entre ceux qui défendent cette « liberté d’importuner » (les femmes, NDLR) telle qu’appelée par les protagonistes et ceux qui voient en ces propos un encouragement de la culture du viol, un totalitarisme certain et une légitimation des comportements machistes et violents.

Leïla Slimani ne l’entend pas de cette oreille

Dans une chronique publiée dans « Libération » ce vendredi 12 janvier, Leïla Slimani prend part au débat et défend le droit des victimes à dénoncer les comportements de leurs agresseurs.

« Des millions de femmes le sont (des victimes, NDLR). C’est un fait et non un jugement moral ou une essentialisation des femmes. Et en moi, palpite la peur de toutes celles qui, dans les rues de milliers de villes du monde, marchent la tête baissée. Celles qu’on suit, qu’on harcèle, qu’on viole, qu’on insulte, qu’on traite comme des intruses dans les espaces publics. En moi résonne le cri de celles qui se terrent, qui ont honte, des parias qu’on jette à la rue parce qu’elles sont déshonorées. De celles qu’on cache sous de longs voiles noirs parce que leurs corps seraient une invitation à être importunée ». Avant de questionner « Dans les rues du Caire, de New Delhi, de Lima, de Mossoul, de Kinshasa, de Casablanca, les femmes qui marchent s’inquiètent-elles de la disparition de la séduction et de la galanterie ? Ont-elles le droit, elles, de séduire, de choisir, d’importuner ? ».

L’écrivaine en sait quelque chose. Au Maroc, pays classé parmi les plus dangereux pour les femmes devant l’Inde - entre autres - selon une récente étude, les violences sexuelles sont un véritable fléau. D’ailleurs, ces dernières années, le débat sur la pénalisation du harcèlement sexuel dans l’espace public fait rage alors que les lois – qui traînent dans les tiroirs des législateurs depuis plus de trois ans – peinent à être votées.

Il y a quelques mois, le viol d’une jeune fille dans un bus a secoué l’opinion publique déclenchant des sit-in pour dénoncer les violences sexuelles dans les rues et le vide juridique qui favoriserait leur croissance au fil des années (on parle d’une augmentation de plus de 8,33% en 2017), sans résultat.

Plus récemment encore, le viol d’une jeune étudiante de la faculté polydisciplinaire de Khouribga - qui a été retrouvée en sang dans les toilettes de l’établissement par ses camarades – a défrayé la chronique. La victime, qui a avoué connaître son agresseur, risque gros puisqu’elle est aujourd’hui poursuivie pour « atteinte à la pudeur », « rapport sexuel illégal » et pourrait même être présentée devant le conseil de discipline de sa faculté. Un inversement de rôles qui a la dent dure au Royaume, qui terre les victimes de violences sexuelles dans le silence et augmente les agressions quotidiennes « grâce » au refus des législateurs de valider ces lois. Ces dernières font par ailleurs du Maroc le maillon faible du Maghreb, l’Algérie et la Tunisie sont elles armées de textes condamnant les auteurs de ces violences à l’encontre des femmes dans leurs rues à des peines exemplaires.




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale