Harcèlement sexuel à la Mecque : La toile se déchaîne

Harcèlement sexuel à la Mecque : La toile se déchaîne
Source : LesInfos.ma
12/02/2018 11:00

Depuis plusieurs jours, le Hashtag « #MosqueMeToo » déchaîne les passions. Entre dénonciations et indignations, la twittosphère se révolte alors que plusieurs milliers de témoignages continuent de fleurir sur la toile.

C’est dans le sillage des mouvements « #BalanceTonPorc » et « #MeToo » que plusieurs musulmanes se mobilisent pour dénoncer le harcèlement sexuel qui serait fort présent à la Mecque. Entre témoignages et accusations de complot, la twittosphère se déchaîne et l’initiatrice de ce nouveau mouvement – la journaliste et féministe Mona Eltahawy - est devenue la cible d’injures et de menaces de mort.

Début du mouvement et témoignages glaçants

C’est le 6 février que le mouvement a été amorcé. La journaliste et féministe américano-égyptienne Mona Eltahawy lance alors le Hashtag « #MosqueMeToo » après avoir ouvert le bal des témoignages et appelé à la mobilisation des victimes d’attouchements sexuels à la Mecque. « J’ai partagé mon expérience d’agression sexuelle au cours de mon pèlerinage en 1982 quand j’avais 15 ans (dans son livre « Foulards et hymens. Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle » paru en 2015, NDLR) dans l’espoir d’aider les femmes musulmanes à rompre le silence et le tabou autour de leurs expériences de harcèlement sexuel et d’abus pendant le Hajj, la Omra ou dans les espaces sacrés. Nous allons utiliser « #MosqueMeToo » pour dénoncer ».

Il n’en fallait pas moins pour que les langues se délient et que les témoignages, de plus de 6000 victimes - au moment où nous publions-, proches de victimes et témoins directs, bombardent la toile.

« J'ai été harcelée sexuellement dans l'émirat pendant le Tawaf », témoigne l’une d’entre elles. « Je pensais que c'était accidentel, mais mon agresseur a continué à me tripoter. Si les hommes ne peuvent pas se retenir même dans l'un des endroits les plus Saints sur Terre alors j'ai vraiment perdu espoir en l'homme. Nous voulons juste être en sécurité », poursuit-elle.

« Un jour, quelqu'un a touché mon corps. J'ai vu le gars derrière moi et il a prétendu ne pas en être l’auteur avant de s’en aller. J'ai été choquée et j’ai pleuré en silence. C'est arrivé à la Mecque », dénonce une autre victime.

Ces témoignages, qui ne sont que la partie visible de l’iceberg, tentent d’apporter une pierre à l’édifice pendant que Mona Eltahawy est la cible d’injures et de menaces de mort de ceux qui dénoncent une campagne calomnieuse pour porter atteinte à l’image de la religion musulmane.

Aussi, des hommes sont venus à la rescousse des femmes pour témoigner. « Chaque fois que ma mère et mes sœurs sont allées au Hajj, elles ont subi des attouchements sexuels. Les gens sont dégoûtants et n’ont pas de morale », s’indigne cet homme qui témoigne pour contredire des internautes qui dénoncent une campagne mensongère.

Aijaz Ansari, un autre témoin direct, raconte avoir été lui-même témoin d’agression sexuelle à l’encontre d’une femme de sa famille. « Ce fut à Mina (l’une des étapes du pèlerinage, NDLR), en face de moi, un homme a tripoté une femme de ma famille », précise-t-il.

Bras de fer avec les détracteurs du mouvement

Alors que le mouvement bénéficie du soutien de plusieurs personnalités publiques, d’anonymes et des médias internationaux, il compte aussi plusieurs détracteurs qui crient au complot et à une campagne calomnieuse pour jeter le discrédit sur la religion musulmane. Tout en pointant du doigt le risque de témoignages mensongers et donc invérifiables, les opposants soulignent l’impossibilité de tels agissements dans la ville sainte et encore moins en plein pèlerinage. Certains vont jusqu’à accuser les médias internationaux d’islamophobie. « Vous semblez heureux car des hommes dits musulmans sont accusés de harcèlement sexuel. La Mecque est certes une ville sainte, mais il n'y a pas que des musulmans qui la parcourent », accuse l’un d’entre eux soutenu par plusieurs autres internautes.

L’indignation est telle que Mona Eltahawy est la cible d’attaques particulièrement virulentes sur la toile transformant son profil personnel en un vaste champ de bataille. Tout en rendant publiques les accusations de complot qui la visent et en dénonçant ceux qui, effectivement, surfent sur la vague pour exprimer un racisme décomplexé, la journaliste fait comprendre qu’elle continuera quand même à se battre jusqu’à ce que les témoignages des victimes soient entendus et pris en considération. « Je n’arrêterai pas », martèle-t-elle.

Le mouvement qui s’agrandit chaque jour davantage est en passe de devenir un scandale pour les autorités saoudiennes. En effet, l’Arabie Saoudite est aujourd’hui confrontée à une vague de témoignages qui dénonce un laxisme certain et se doit de prendre des mesures exemplaires pour éradiquer ce fléau qui gangrène les lieux saints de l’Islam dont elle est l’hôte. 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale