Enquête Addoha - Prestigia : Une colère qui gronde dans l'immobilier haut standing

Enquête Addoha - Prestigia : Une colère qui gronde dans l'immobilier haut standing
Source : Lesinfos.ma
10/04/2018 13:00

Retards de livraison colossaux, malfaçons et problèmes de finitions en tout genre, le programme phare du promoteur immobilier Addoha à Rabat, intitulé Ryad Al Andalouss, suscite une vive colère de la part de nombreux propriétaires. Certains acquéreurs de la tranche « Résidence du Lac » dénoncent un scandale immobilier. Éclairages. [Partie 1]  

« Parce qu'acheter à Prestigia, c'est bien plus qu'acquérir une maison : c'est trouver son bonheur ». Une promesse alléchante d'Anas Sefriou, PDG du géant immobilier Addoha, qui vire au cauchemar pour de nombreux acquéreurs !

Loin d'y trouver leur compte, un collectif composé d'acheteurs de la nouvelle tranche du projet Prestigia-Ryad Al Andalouss, nommée Résidence du Lac, s'insurge contre le promoteur, qui accuse des retards de livraison révoltants. Leurs biens immobiliers se « situent » dans le quartier de Hay Ryad, à la lisière de la capitale,...mais n'ont pour l'heure aucune existence effective ! Un immense trou , un semblant de terrassement et une ébauche de fondation occupent l'espace dédié à ces immeubles hauts standings, dont la livraison est initialement prévue pour fin de 2017.

« Pris en otage »

A bout de nerfs et de patience, ces futurs résidents rappellent que bon nombre d'entre eux ont procédé à l'achat de leur bien entre 2014 et 2015. Comme c'est le cas pour les nombreux programmes d'Addoha, ces appartements ont été vendus sur plan. « Prestigia nous avait réclamé, en 2015, une avance correspondant à 40% du bien qui devait nous être livré en 2017 », nous explique l'un des acheteurs. Une somme considérable qui correspond à « 750.000 dirhams » voire « à plusieurs millions », précise-t-il « et que chacun des acquéreurs [du collectif] a versé ». Cette manne financière, employée par le promoteur pour assurer le développement des travaux – manifestement fortement ralenti voire à l'arrêt en l'occurrence-, pénalise fortement bon nombre de futurs résidents, qui ont consenti à d'importants efforts pour réunir ces sommes. Pour Mme C, « l'argent est pris en otage » et « plus de 500 foyers » sont directement impactés par cette situation. Si certains hésitent encore à hausser le ton, d'autres en revanche ne souhaitent plus attendre les bras croisés. Mme B est actuellement résidente à l'étranger. Comme les nombreux autres acquéreurs, elle a investi financièrement et a cru à la belle promesse d'un pied-à-terre luxueux au Maroc, son pays d'origine, dès 2017. Cette perspective l'incite alors à quitter son emploi, à libérer son appartement en France, en vue d'un retour au Royaume. Toute une organisation contrariée par les retards du promoteur. « Je paye un crédit depuis trois ans » pour un appartement qui devrait être prêt, assène-t-elle. « L’avance a été payée, pour la plupart d’entre nous, par un crédit bancaire que nous remboursons mensuellement et auquel il faut ajouter notre loyer dans notre pays d’accueil ».« Nous avons tous des projets de vie et ils nous enlèvent le plaisir d'acheter un bien [immobilier, ndlr] », se désolent d'autres acquéreurs, dépités.

Aléas de l'infrastructure

La coupe est pleine pour les membres de ce collectif, qui souffrent par ailleurs du « manque de transparence » du promoteur, assurent-ils. Selon eux, les commerciaux de Prestigia multiplient les « prétextes » et les versions pour expliquer le retard de construction de leur tranche. « On a même eu droit à : c'est à cause de la pluie », s'exclame l'un des plaignants, abasourdi. Une communication douteuse et une attitude dangereuse pour le promoteur qui cristallise quantité de rumeurs et nourrit les hypothèses les plus folles...

Notre contact au sein de la filiale du géant immobilier reconnaît que les délais de livraison sont en effet un problème. « La construction au Maroc est loin d'être un long fleuve tranquille », affirme-t-il, avant de rappeler que ce secteur est pénalisé par un manque de formation de nombre de corps de métiers qui le compose. Il avoue néanmoins que le retard sur cette tranche du programme immobilier est lié à un « gros problème géotechnique » sur le terrain choisi. «Lorsqu'on creuse, nous sommes toujours confrontés aux aléas de l'infrastructure, qui peut être handicapante», ajoute-t-il, avant de s'empresser de souligner que ce « problème est en passe d'être réglé » ! Il se montrera toutefois évasif quant à la nature précise de la difficulté rencontrée, qui représente, selon lui, un « coût supplémentaire considérable » pour la firme. « Nous sommes les premiers à vouloir livrer ! », insiste-t-il. Il avance en effet qu'Addoha met en place un « procédé de construction innovant » qui permettra d'accélérer grandement les travaux. « Nous allons vers une nette amélioration de notre offre immobilière », ajoute-t-il. Une nouvelle promesse qui ne s'accompagnera pas de plus de précisions, mais qui se veut cependant rassurante. On nous assure par ailleurs que le nombre de mécontents est négligeable face à celui des propriétaires satisfaits de leur logement et des services de Prestigia. Un sit-in organisé par des propriétaires et acheteurs est néanmoins prévu devant le show-room de la filiale d'Addoha à Rabat, samedi 14 avril.

Les bruits de travaux – qui persistent jusqu'à minuit ou une heure du matin par moment - sur les autres phases de cet immense chantier ne suffiront sans doute pas à étouffer la gronde de nombreux acquéreurs déçus.   

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale