Crimes commis à Tindouf : L'Espagne prise à partie

Crimes commis à Tindouf : L'Espagne prise à partie
Source : Lesinfos.ma
11/04/2018 16:00

L’Association des portés disparus du polisario a porté plainte ce mardi 10 avril auprès du gouvernement espagnol pour dénoncer les crimes et exactions commises par les séparatistes.  

« Nous avons déposé une plainte contre eux auprès de la justice espagnole, car nous avons une grande confiance en la justice et le gouvernement espagnols ». Le ton est donné par le président de l’Association des portés disparus du polisario (APDP), Dahi Aguai. Lui-même ancienne victime des atrocités commises dans les geôles des séparatistes, il a transmis ce mardi 10 avril au ministère espagnol de la Justice un dossier détaillé sur les cas de torture et de disparitions forcées, perpétrés par les tortionnaires du polisario, dans les camps de Tindouf.

Ce terrible document comporte notamment « une liste de 294 disparus dans les geôles du polisario, des photos de tortionnaires, de victimes de ces tortures et de Sahraouis portés disparus, ainsi qu’une description des pratiques de torture utilisées par les bourreaux du polisario », précise l'agence de presse MAP.  

Dahi Aguai ajoute, dans une missive incendiaire qu'il adresse au gouvernement espagnol,que de nombreux Espagnols figurent également parmi les victimes des séparatistes. Il certifie avoir été lui-même « témoin de la disparition de cinq soldats espagnols prisonniers » et rappelle « l’attaque menée par le front polisario contre le bateau espagnol “Tagomago” ».

Le président de l'APDP souligne par ailleurs que le polisario « utilise une couverture politique pour couvrir ses tortionnaires, qui circulent d’ailleurs dans plusieurs pays européens en utilisant des passeports diplomatiques algériens », indique la MAP.

Dahi Aguai pousse l'accusation en signalant que les « séparatistes et l’Algérie maintiennent les bourreaux en haut de la pyramide du pouvoir du polisario, et certains d’entre eux sont représentants des séparatistes dans des pays européens ».

En décembre 2007, l’Audience nationale espagnole avait accepté une plainte contre des dirigeants du polisario et des officiers de la sécurité et de l’armée algériennes, pour « génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et violations graves des droits de l’Homme ». Brahim Ghali, actuel dirigeant du Polisario, y figurait également. En interpellant ainsi le voisin espagnol, l'APDP semble rechercher ce nouvel arbitrage... et faire à nouveau pencher la balance de la Justice.

 

(Avec Agences)

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale