La menace, arme de négociation massive !

La menace, arme de négociation massive !
Source : Lesinfos.ma
11/05/2018 13:00

Chers lecteurs,
J’espère que vous vous portez bien en ces temps ô combien compliqués. Je vous avoue que les événements de cette semaine m’ont quelque peu secouée. Je suis passée du rire à l’exaspération, de la colère à l’hallucination sans le moindre répit. Vous aussi ? Tant mieux. Restons solidaires.

Commençons alors par ce lundi où nous avons appris que l’Afrique du Sud a succombé aux déclarations - fort séduisantes d’ailleurs - du président Américain en retirant son vote en faveur du Royaume pour l’organisation du Mondial 2026. Trump, qui a auparavant qualifié les pays africains de « pays de merde », 7achakoum, a quand même obtenu gain de cause en menaçant... ce même pays africain. Soyons polis. Dans l’absolu, tout ceci est interdit par le règlement de la FIFA et le trio nord-américain aurait du être disqualifié de la course illico presto. Mais bon, c’est « mirikane » et ce n’est donc pas la même chose. Que ceux qui pensaient que Gianni Infantino allait faire oublier ce bon vieux Sepp Blatter se détrompent. « Business is Business » ! Doit-on rappeler que ce bon vieux Gianni doit son poste aux Américains et que, par conséquent, nous avons la Task force aux trousses ? L’hamdoullah 3ala koulli 7al. Next.
Mardi, en lisant en toute quiétude la presse locale, je suis tombée sur une annonce  des plus fracassantes de notre El Mostafa Ramid national, ministre en charge des Droits de l’Homme de son état, qui menace de démissionner. Encore une fois (soupir). En cause, cette fois-ci, un article du nouveau Code pénal qui peine à passer on ne sait pas trop pourquoi. Pour faire court,  il s’agit d’une loi qui menace tout responsable ne déclarant pas son patrimoine ou celui de ses enfants mineurs, d’amendes allant jusqu’à un million de dirhams et la confiscation des biens mal acquis assortie d'une interdiction d'exercice de toute fonction publique. Sa validation serait donc, « logiquement », problématique. Alors bon, bien que son « combat » paraisse honorable - il faut le lui reconnaître - ses incessantes menaces de démission me donnent mal à la tête. Un coup, il menace de partir si les rapports sexuels hors mariages sont légalisés [Oui, Ramid est très soucieux de ce qui se passe dans l'intimité de ses concitoyens. Il est comme ça, un homme dont la vertu se doit de se propager à toutes les consciences. C’est de la générosité messieurs dames, n’y voyez aucun dogmatisme], un coup il s’énerve contre les abolitionnistes, un coup c’est les déjeûneurs qui lui foutent l’urticaire (…). Il me rappelle feue ma grand-mère qui menaçait de prendre sa Djellaba et de se barrer à Perpète-lès-oies au premier désaccord. Affligeant. Toutefois, il est une question qui me taraude : Mais qu’attend-il ? Si vous avez une réponse, je suis preneuse.
Mouhim, zappons les délires du triste sire et passons au mercredi où un communiqué des Eaux minérales d’Oulmès est enfin tombé. Il était temps. La boîte de Meriem Bensalah-Cheqroun y explique que les prix n’ont pas changé depuis 2010 - ce qui n’est pas faux - et qu’elle n’est strictement pas responsable de leur hausse chez certains vautours, qui s’amusent à appliquer les tarifs qu’ils veulent. Toutefois, les producteurs de Sidi Ali promettent de militer pour la baisse des taxes. Un tour de passe-passe que je salue personnellement. Encore faut-il que ledit militantisme porte ses fruits et que le gouvernement, un chouïa buté et dépassé par les événements, écoute. Pour le moment l’heure est aux règlements de comptes et aux « débats » de sourds-muets. « Et toi tu ne fais rien », « et toi pourquoi tu n’écoutes pas le peuple ? », « et qu’est-ce que c’est que ces simagrées ? », « et ce n’est pas moi, c’est l’autre », « et l’autre c’est pas moi » (…). Ils font tous mal à la tête ! J’abandonne.
Et jeudi… roulement de tambours… Mustapha El Khalfi est sorti de son silence ! Incroyable ! Il aura fallu trois semaines au porte-parole de notre illustre gouvernement pour s’exprimer. Et qu’a-t-il fait ? Hé bien il est monté au créneau pour menacer d’emprisonnement les boycotteurs, qui propagent de fausses informations. Rien que ça ! Tremblez, chers compatriotes, tremblez ! Mustapha El Khalfi et sa fine équipe comptent gérer la crise par la menace, tout en pleurnichant sur l’économie nationale. C’est clair ? Du jamais vu dans l’histoire de la communication de crise. Mais c’est bien. Le Maroc est en train de réaliser - enfin, j’ose espérer même si j’en doute fortement –, qu’en s’évertuant à garder son peuple ignorant, il le paye comptant aujourd’hui. Comment veux-tu expliquer l’impact d’un tel mouvement sur l’économie nationale si la moitié de tes concitoyens est analphabète, que le quart est lettré mais « juste ce qu’il faut » (comme toi, tu l’as voulu) et que le reste donne des leçons virtuelles de macroéconomie (en toute bonne foi et un soupçon de suffisance) à d’autres qui les accusent de collaborationnisme ? Comment veux-tu, dans un contexte de crise où les Marocains sont (très) remontés, « calmer le jeu » en les menaçant ? Nous avons un gouvernement qui ne maîtrise même pas le langage du peuple. C’est juste hallucinant de bêtise !

Et là, aujourd’hui vendredi, pour clôturer ce spectacle de très mauvais goût, vous avez d’un côté notre Chef du gouvernement (il s’appelle Salaheddine El Othmani. De rien) qui, totalement hors sujet, appelle les Marocains à marcher dimanche pour la Palestine (je préfère ne pas commenter ce point, je risque de perdre les pédales et j’en ai encore besoin), et de l’autre côté plusieurs membres du PJD qui se sont complètement désolidarisés des propos de Mustapha El Khalfi. C’est à en perdre son dialecte. Aurait-il, lui tout seul, de son propre chef, décidé de menacer les gens ? Si tel est le cas, je lui recommande vivement de s’allonger sur le divan d’El Othmani pour en discuter paisiblement.

Bref, au-delà de ce brouhaha incompréhensible, ne dit-on pas qu’on a les dirigeants qu’on mérite ? Perso, je ne mérite pas « ça » et je réfute tout lien avec ces tristes plaisantins qui ne représentent que leurs lampes mal éclairées.

Allez, je vous salue chers lecteurs, je m’en vais de ce pas prendre ma Djellaba et me barrer à Perpète-lès-oies. Je boycotte tout le monde ! Fin. À la semaine prochaine !

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale