Un Ramadan hors de prix : Les Marocains appellent au boycott !

Un Ramadan hors de prix : Les Marocains appellent au boycott !
Source : Lesinfos.ma
22/05/2018 11:00

C’est un nouvel appel au boycott qui émerge sur la toile. En cause, le prix du poisson qui connaît une hausse vertigineuse depuis le début du mois de Ramadan. Une aberration quand on sait que le marché est bien approvisionné et que les prix des grossistes sont bien éloignés de ceux des détaillants. Et le poisson n’est pas le seul d’ailleurs …

Le boycott semble être devenu l’arme favorite des Marocains pour manifester contre la cherté de la vie. Depuis quelques heures, le Hashtag « #Laisse-le-pourrir » a vu le jour pour contester la hausse vertigineuse des prix du poisson durant le mois saint, et la sardine en tête de liste avec 30 dirhams le kilogramme, soit quasiment le triple de son prix « normal ». Pourtant, rien n’explique cette flambée de prix, sachant que le marché est largement approvisionné et que l’offre répond suffisamment à la demande. Pire, selon le quotidien El Massae, durant les deux premiers jours du mois de Ramadan, les sardiniers opérant au port de Casablanca ont pêché 300 tonnes de sardines et n’en ont écoulé que 250 tonnes. Un surplus de 50 tonnes, qui explique encore moins cette hausse.

De plus, à la source, chez les grossistes, les prix sont plus ou moins raisonnables, ce qui laisserait à penser que ce sont les intermédiaires qui sont à l’origine de ces augmentations. D’ailleurs, certains produits de grande consommation ont vu leurs prix tripler alors même que les détaillants se trouvent à proximité immédiate des grossistes.
Selon le journal Assabah, le ministère de l’Intérieur serait en train d’étudier la question et les services de répression des fraudes et de contrôle des prix relevant de différentes provinces et préfectures tiennent plusieurs réunions à cet effet.

De même, la commission centrale chargée du suivi de l’évolution des prix, de la qualité des produits et du niveau d’approvisionnement des marchés des denrées alimentaires de grande consommation pendant le mois de Ramadan a établi un premier bilan pour le moins alarmant et dont le département d'Aziz Akhannouch détient une copie. Il serait question d’une hausse « non maîtrisée » des prix des produits de base.
 

Les fruits et légumes, même combat !

L’hémorragie ne se limite pas simplement au poisson. Depuis le début du mois, on observe une hausse aussi bien pour les fruits que pour les légumes. Plusieurs citoyens dénoncent d’ailleurs des prix qui sont passés, dans certains cas, du simple au double voire au triple. En cause, les détaillants qui vendent plus cher les aliments les plus consommés durant le mois de Ramadan. Les marchands ambulants ne dérogent pas à la règle. Ils sont parmi les plus chers sur le marché et participent donc à la flambée des prix.


Les cafés et restaurants s’y mettent

Du côté de certains cafés et restaurants, très fréquentés après le ftour, les cartes ont changé et les prix ont augmenté. À l’instar d’une franchise réputée de Rabat qui propose désormais les petites bouteilles d’eau au prix faramineux de 25 dirhams alors qu’une semaine auparavant, cette même bouteille ne dépassait pas les 10 dirhams. Nous avons appelé le numéro de téléphone dédié aux réclamations des consommateurs (le 5757, NDLR), récemment lancé par le ministère de l’Intérieur, pour nous renseigner sur ce qu’encourent ces établissements qui augmentent leurs prix durant cette période et la réponse nous a laissés pour le moins pantois. Ainsi, l’agent au bout du fil nous a expliqués que tant que les prix sont affichés, et avec la libéralisation des prix, ces établissements sont dans leur droit de pratiquer les prix qu’ils veulent. Toutefois, on nous a promis qu’une commission fera un passage pour vérifier si les prix n’ont flambé que la veille de Ramadan, ce qui serait en effet problématique.
Tous les ans, à la même période, les produits de grande consommation connaissent une augmentation inquiétante. Si la polémique éclate chaque Ramadan, c’est bien la première fois que les citoyens ont décidé d’agir à leur niveau en ayant recours au boycott.

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale