Affaire Bouachrine : Un autre témoin sous les verrou

 Affaire Bouachrine : Un autre témoin sous les verrou
Source : Lesinfos.ma
08/06/2018 10:30

La journaliste Amal Houari, déclarante dans l’affaire du patron d'Akhbar Al Yaoum, a été placée en garde-à-vue après avoir refusé de témoigner. Elle aurait décidé d’entamer une grève de la faim. 

L’affaire Taoufik Bouachrine se poursuit avec son lot de conflits et d’interpellations musclées. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de la journaliste Amal Houari après que cette dernière a refusé de se présenter à la barre malgré le mandat d’amener délivré par la justice à son encontre.
Selon un communiqué du procureur général près de la cour de Rabat, Amal Houari s’était cachée dans le coffre de la voiture d’une autre déclarante dans l’affaire Bouachrine, – vraisemblablement Hanane Bakour, rédactrice en chef du site AlYaoum24 -  stationnée dans le garage de l’un des avocats du journaliste. Retrouvée par les policiers, elle a été amenée de force au tribunal afin de livrer son témoignage.
Selon diverses sources proches du dossier citées par nos confrères du journal Le Desk, Amal Houari a été placée en garde à vue à une heure très tardive de la nuit après la levée de l’audience à la cour d’appel de Casablanca. Son état de santé se serait brusquement détérioré après son arrestation. Elle aurait décidé d’entamer une grève de la faim.

Ce n’est pas la première fois qu’un témoin dans cette affaire est incarcéré. Le 4 juin dernier, les services de police ont procédé à l’arrestation de Hanane Bakour et Afaf Bernani. Les deux femmes avaient refusé de se présenter au tribunal ce qui a poussé le juge à ordonner l’usage de la force pour les faire amener. Toutefois, selon les informations de nos confrères du site H24info, lors de son interpellation, la rédactrice en chef du site Alyaoum24 s’est évanouie et a été transportée à l’hôpital Avicenne de Rabat, tandis qu'Afaf  Bernani a été arrêtée. Ce jour-là, des vidéos contenant des images des deux déclarantes allaient être diffusées à la Cour d’appel de Casablanca.

Arrêté et écroué depuis le 23 février, l’ancien directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum est accusé de traite d’êtres humains, d’abus de pouvoir à des fins sexuelles, de viol et tentative de viol. Accusations que le journaliste rejette catégoriquement, tout en dénonçant un « procès politique ».







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale