Le « multitasking », ce gouffre temporel qui augmente notre stress...

Le « multitasking », ce gouffre temporel qui augmente notre stress...
Source : LesInfos.ma
05/07/2018 12:00

… et nous fait faire n'importe quoi ! Véritable Graal de nos sociétés modernes, le « multitasking » confine au mythe de l’ubiquité. La capacité d'être partout, répondre à toutes les sollicitations et réaliser plusieurs tâches en même temps est en réalité un piège pour la productivité et absorbe toute notre énergie. Comment s'en sortir ?  

Sur le web, en entreprise ou même au sein de notre foyer, il est de plus en plus difficile de résister aux sirènes – hurlantes - du « multitasking ». Comme Shiva et ses multiples bras, nous sommes tentés d'effectuer plusieurs taches à la fois. Pourquoi ne faire qu'une chose quand on peut en faire deux voire trois simultanément ? Ce raisonnement, théoriquement logique et répondant à cette grande tendance de la pluridisciplinarité, de la polyvalence (et de la réduction des coûts), constitue dans les faits un terrible piège pour le « multi-tasker ». Comme l'ensemble de ses semblables, il se sent en permanence épuisé, vampirisé et totalement dépossédé de la maîtrise de son propre temps. Le fait d'effectuer plusieurs tâches en parallèle devient alors chronophage, énergivore et... totalement contre-productif !

L'imprévisible et le spontané

Bien qu'initialement – largement - loué dans nos sociétés à grande vitesse, où les sollicitations ne manquent pas, la cote du « multitasking » semble de plus en plus revue à la baisse. De nombreuses études ont désormais démontré que le « multitasking » grève considérablement la productivité. Pire : non seulement ce procédé ne l'améliore pas, mais il la tue ! Le mythe s'écroule ! Selon l'auteur britannique Catherine Blyth, nous avons troqué la « stabilité et la constance » contre «l'imprévisible et le spontané ». Un changement de paradigme qui nous pousse à nous aventurer sur tous les fronts simultanément. La spécialiste précise que « réaliser deux tâches en même temps prend 30% plus longtemps que si elles étaient faites l'une à la suite de l'autre ». « Quant au nombre d'erreurs, il est à multiplier par 2 », ajoute-t-elle. D'autres courants anti-multitasking dénoncent également cette « hérésie » élevée au rang de sacré dans notre univers sur-connecté. Ils annoncent sans ambages que cette anglicisme n'est rien d'autre qu'une appellation tendance pour désigner une « déficience de concentration et d'attention ainsi qu'une incapacité à s'atteler à une seule tache de manière soutenue et résister par ailleurs aux innombrables sollicitations de nos smartphones ». BAM ! D'idée de la décennie, nous passons à l'un des grands maux du siècle. « Multi-tasker », zappeur, courant en permanence derrière ce temps précieux qui nous échappe inexorablement. Nous frisons régulièrement le burn-out, en croyant dompter l'ubiquité et flirtons avec la séduisante idée d'omniscience. Terrible leurre ! Catherine Blyth souligne qu'avec la technologie moderne, tout nous est accessible avec une facilité souvent déconcertante ; « nous pouvons tout faire » ! Le revers de cette médaille est que nous perdons de vue, par un jeu de passe-passe, « l'intérêt pour les choses ».

Briser la boucle

Quand le « multitasking » dépasse le cadre professionnel pour devenir un mode de vie à part entière, l'étau semble plus que jamais se resserrer ! Comment quitter ce cercle vicieux et ce gouffre temporel ?

Bien que la sensation d'être au fond de l'abysse se fait écrasante, quelques astuces simples, ponctuées d'un brin de discipline, permettent de remonter à la surface. On s'accroche! Premiers conseils formulés par de nombreux spécialistes, dont Tim Ferris, auteur et accessoirement gourou de la « Semaine de quatre heures », frôlent l'insolence tant ils semblent évidents (et pourtant...) : Concentrez-vous sur une activité durant 25-30 minutes consécutives puis prenez quelques minutes pour respirer, manger un morceau, discuter avec quelqu'un, oxygénez votre cerveau en somme, avant de replonger pour 25-30 minutes à nouveau. Prenez le contrôle de vos notifications, vos e-mails notamment. Sauf cas de force majeure ou situation extraordinaire, personne n'est tenu de lire ses e-mails en permanence et dans l'immédiateté de la réception. Ces messages - et toutes autres notifications par ailleurs - entraînent des micro-coupures trop fréquentes dans votre journée et contribuent à nuire à la réalisation de vos objectifs. Décrochez votre téléphone plutôt qu'alimenter de longs échanges par e-mails interposés, ainsi vous parviendrez plus rapidement à dissiper un éventuel malentendu (ce qui vous fera gagner du temps par la suite), et vous contribuerez à tisser ce lien social, qui se délite. Le « multitasking » porte également de nombreux coups aux relations humaines. De la légère impolitesse à l'irrespect, la frontière est rapidement franchie, lorsqu'en lieu et place d'accorder son entière (du moins autant que possible) attention à son interlocuteur, nous préférons notre relation avec notre smartphone...

Enfin, pour rompre cette boucle du temps qui nous glisse entre les doigts, tentez de prendre une pause au réveil. Quelques minutes seulement, suggère Catherine Blyth, durant lesquelles vous prenez un peu de recul, lisez quelques lignes de votre livre et changez de « mood » pour aborder la journée sur une cadence que vous aurez choisi ! Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le meilleur moyen de prendre le « contrôle » de votre temps, est de vous arrêter ! « Stopper », souffler et ne rien faire...ne serait-ce qu'un instant.  

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale