La triste vie des animaux sauvages dans les cirques chinois

La triste vie des animaux sauvages dans les cirques chinois
Source : Sciencesetavenir.fr
11/07/2018 08:05

Alors que de nombreuses voix s'élèvent - notamment en France - contre l'utilisation d'animaux sauvages dans des cirques, les établissements chinois continuent de bénéficier d'une législation particulièrement laxiste en matière de bien-être animal.

Une lionne sans queue, un ours balafré : pour attirer le public et survivre économiquement, de nombreux cirques chinois continuent à mettre en scène des espèces menacées, avec des animaux parfois victimes de maltraitance.

L'ours saisit les barres de sa cage et se balance d'avant en arrière

Les numéros d'animaux sauvages suscitent un émoi grandissant dans le monde, certains pays ou villes les ont même bannis. La Chine, elle, possède une législation relativement laxiste en matière de bien-être des animaux. Aucune loi n'existe par exemple pour réguler leurs conditions de vie dans les cirques itinérants. Pour autant, ces derniers jouent un rôle éducatif dans un pays de plus en plus urbanisé, affirme Li Weisheng, directeur du cirque Zhongxin. "Beaucoup de Chinois vivent dans de grandes villes d'où il est difficile d'avoir un aperçu de la vie sauvage. Nous leur faisons découvrir la nature", assure-t-il à l'AFP. Les fauves sont l'un des principaux moyens d'endiguer la baisse d'affluence enregistrée par les cirques chinois ces dernières années, explique M. Li à l'ombre du chapiteau.

La ménagerie du cirque Zhongxin comprend un tigre, deux lions, un ours noir âgé de deux ans et une meute de chiens. Tous passent l'essentiel de leur temps dans d'étroites cages en métal. Le tigre et une lionne à la queue coupée partagent la même cage, dans laquelle ils font nerveusement les cent pas. Ils sont cependant autorisés à se détendre sur la piste de cirque plusieurs fois par jour. Quant à l'ours, il saisit les barres supérieure de sa cage et se balance frénétiquement d'avant en arrière. Les deux propriétaires de la troupe ont été arrêtés en 2016 pour avoir transporté des espèces menacées sans permis. Condamnés à des peines de 8 et 10 ans de prison, ils ont finalement été acquittés lors d'un second procès l'année suivante...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale