Justice : Mehdi Chafai, dit « le médecin des pauvres » condamné à verser 30.000 Dh d'amendes

Justice : Mehdi Chafai, dit « le médecin des pauvres » condamné à verser 30.000 Dh d'amendes
Source : LesInfos.ma
06/08/2018 16:10

Le médecin Mehdi Chafai à l'origine d'une vive polémique sur les conditions de travail et le traitement réservé aux patients à l'hôpital Hassan 1er de Tiznit, a été condamné à verser 30.000 Dh d'amende ce lundi 6 août, pour « injures et diffamations » à l'encontre du directeur de l'établissement hospitalier.

Le couperet est tombé, ce lundi 6 août à Tiznit ! La justice a en effet tranché, comme pour mettre un terme à cette polémique - pourtant loin d'avoir dit son dernier mot – alimentée par le jeune praticien Mehdi Chafai, surnommé le « médecin des pauvres ». Le tribunal de première instance de cette ville du sud a ainsi condamné le spécialiste à une amende de 30.000 dirhams, dont 20.000 attribuées au directeur du centre hospitalier provincial de Tiznit, estimé ici victime « d'injures et diffamations ».

Selon nos confrères du 360, le directeur avait initialement réclamé une indemnité s'élevant à 80.000 Dh en réparation du préjudice subi. Il en voulait pour preuve les multiples vidéos et « posts » sur les réseaux sociaux, faisant état de la corruption galopante qui sévirait dans les bureaux de la direction hospitalière. 

Le jeune chirurgien-pédiatre avait quant à lui dénoncé de multiples abus, injustices et traitements condamnables dont il aurait fait l'objet depuis son arrivée au sein de cet hôpital provincial. Une situation qualifiée de catastrophique qui l'aurait notamment poussée à présenter sa démission auprès du ministère de la Santé, le 23 juillet dernier.

Personnage controversé

Si le jeune médecin semble avoir gagné le cœur de la population locale – une vidéo devenue virale le montre encerclé par plusieurs citoyens le suppliant de revenir sur sa démission – le personnage de Mehdi Chafai suscite toutefois de nombreuses interrogations, notamment au sein de la profession. En outre, selon nos confrères de Medias24, le ministère de la Santé avait déjà épinglé le jeune médecin et sanctionné devant le conseil de discipline après que celui-ci a « refusé de soigner un enfant et l'avoir renvoyé vers l'Hôpital régional d'Agadir sans aucune raison ». Il aurait « également publié le dossier médical de l'enfant sur sa page Facebook », violant ainsi le secret médical, souligne la même source.

Bien que les zones d'ombres enserrant le personnalité du jeune médecin soient loin d'être levée dans cette affaire, cette dernière a néanmoins le mérite de replacer la question de la Santé au centre du débat et des discussions. Les conditions de travail déplorable, l'état de délabrement et les lacunes en tout genre qui handicapent le secteur de la Santé au Maroc, sont une réalité indéniable, que les citoyens marocains ne craignent plus de dénoncer. Ainsi, c'est un véritable flot de témoignages accablants pour les hôpitaux publics qui se déversent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Un vent de colère qui souffle de plus en plus fort jusque dans les bronches du ministère de la Santé. Le portefeuille d'Anass Doukkali, promis à de nombreuses réformes, modernisations et restructurations sera indiscutablement plus que jamais scruté à la loupe et attendu au tournant...

 







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale