Brahim Kermaoui : Le Marocain qui fait Paris-Rabat à vélo pour alerter sur les cas de kidnappings de

Brahim Kermaoui : Le Marocain qui fait Paris-Rabat à vélo pour alerter sur les cas de kidnappings de
Source : LesInfos.ma
09/08/2018 11:20

« Volé » à la naissance, ce Franco-marocain relie actuellement Paris-Rabat à vélo pour sensibiliser l’opinion publique sur les cas de kidnappings de nouveau-nés au Maroc et pour retrouver peut-être ses parents biologiques. Il espère aussi rencontrer le roi Mohammed VI qu’il a déjà tenté de solliciter par le passé, sans succès.

Brahim Kermaoui est un Franco-marocain de 39 ans qui dit avoir été volé à la naissance à ses parents biologiques. Élevé à Gennevilliers, en région parisienne, par une mère qu’il qualifie d’instable et un père absent, il est placé à la DDASS (Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales en France, NDLR) dès le collège. C’est là-bas, alors âgé de 14 ans, qu’il apprendra qu’il a été « adopté ». En effet, lors d’une entrevue entre son éducateur et sa mère, cette dernière a reconnu ne pas être son parent biologique. « Mon éducateur avait convoqué ma mère et c’est là qu’elle a lâché que j’avais été adopté et qu’elle ne voulait plus s’occuper de moi. Ça a été comme un coup de poignard », raconte-t-il au média France 24.
S’en suit alors une longue dérive de Brahim qui sombre dans la délinquance et passe par la case prison à l’âge de 20 ans. C’est dans sa cellule, où personne ne lui rend visite, qu’il réalise véritablement qu’il n’a pas de famille et que les Kermaoui lui ont volé sa vie.

En sortant, il est décidé à retrouver ses racines. L’année suivante, il se rend au Maroc où il pose des questions à sa famille « adoptive ». Il apprend ainsi que ses parents adoptifs ont adopté un premier bébé à l’hôpital de Berkane, mais ce dernier a péri 15 jours plus tard. Ils l’ont alors échangé contre un autre bébé : Brahim.
Mais des circonstances de ce « vol », il ne sait rien. Il n’y a aucune trace administrative ni preuve de sa prétendue adoption. Il ne connaît ni sa date de naissance, ni le nom de ses parents. Même l’identité de l’enfant qu’il a remplacé est méconnue. « Quand je suis allé à la Préfecture au Maroc, ils m’ont dit qu’il y avait de nombreux décès de nouveau-nés qui n’ont pas été enregistrés », a-t-il détaillé auprès de France 24.

Un livre puis un périple

Pour alerter l’opinion publique et les autorités sur son histoire et sur celles des autres « enfants volés » et donc sur le trafic d’enfants qui était courant dans le Maroc des années 70 et 80, Brahim Kermaoui a d’abord publié un livre. Intitulé « L’enfant égaré », il y retrace les grandes lignes de son parcours. Une démarche à travers laquelle il espérait trouver des réponses à ses interrogations, en vain. Il explique également avoir tenté par le passé d’attirer l’attention du roi Mohammed VI et du président français Emmanuel Macron, sans succès.
Aujourd’hui, le Franco-marocain a décidé de voyager de Paris à Rabat, à vélo, pour faire découvrir son histoire et surtout retrouver ses racines. Mais son enquête risque d’être difficile voire impossible compte tenu du manque de preuves. Interrogée par France 24, la journaliste Asma Ainoune, qui anime au Maroc l’émission « Moukhtafoune » sur 2M dit avoir été souvent sollicitée par des individus recherchant leurs parents biologiques. « Il y a un problème de manque preuves, donc on ne peut pas savoir s’il s’agit d’un kidnapping, d’une vente illégale ou juste d’un abandon », explique-t-elle.
Parti le 29 juillet dernier du parvis de l’Élysée à Paris, Brahim a déjà parcouru, à ce jour, près de 800 kilomètres et a atteint le sud de la France. Il explique à nos confrères du HuffPost Maroc que son voyage est « très difficile » mais qu’il le fait « pour mobiliser les autorités marocaines sur [notre] situation ».

Brahim a aussi l’espoir que le Maroc, à l’instar du Sri Lanka qui est aussi victime de ce fléau, crée une banque de données ADN pour permettre aux familles de rechercher leurs proches disparus. Un pas qui pourrait aider bien des « enfants volés » à retrouver leurs racines.







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale