Hind El Achchabi est enfin sortie de prison !

Hind El Achchabi est enfin sortie de prison !
Source : lesinfos.ma
10/08/2018 16:00

Après deux ans de détention à la prison de Salé, la femme d’affaires Hind Achchabi a enfin retrouvé sa liberté, ce vendredi 10 août. Son avocat annonce que plusieurs procédures sont actuellement en cours afin que « toute la vérité soit dévoilée ».

La dirigeante de Dalia Développement, Hind El Achchabi, incarcérée pour « relations conjugales » a recouvert sa liberté ce vendredi. Elle avait été jugée en mars 2017 et avait écopé de deux ans de prison en appel après avoir été initialement condamnée à 3 ans. Son « amant », Karim Bennani, avait pour sa part été condamné à 7 mois d'emprisonnement pour faux et usage de faux, mais avait été libéré le jour du rendu du jugement.

Sévag Torossian, l'avocat de la business-woman a d’ailleurs publié un communiqué pour le moins virulent, annonçant la libération de sa cliente. « Madame Hind El Achchabi a été libérée ce matin, après deux années de détention au Maroc pour des faits allégués «d’adultère» faisant suite à une plainte outrageante d’un ancien époux, l’actuel ambassadeur du Koweït en Autriche, Monsieur Sadiq Marafi, qui avait contesté l’avoir répudiée avant qu’elle se soit remariée.

Madame El Achchabi va bien et se repose en famille, entourée de ses enfants. Toutes ses pensées vont aux milliers de personnes qui l’ont soutenue pendant deux ans, ainsi qu’aux organisations et associations au Maroc et à l’étranger, notamment la Fondation des Femmes. Que chacun en soit personnellement remercié.
L’ouverture d’un recours en cassation, qui aurait dû être audiencé dans le délai légal de trois mois, n’a permis aucune libération, grâce ou aménagement, ce en application de la loi marocaine. A ce jour, la Cour de Cassation n’a toujours pas rendu son arrêt, particulièrement attendu par le monde universitaire et judiciaire. En outre, plusieurs procédures sont actuellement en cours, au Maroc et ailleurs, afin que toute la vérité soit dévoilée sur les manœuvres inhumaines qui ont conduit à une telle forfaiture ».

Retour sur un jugement surréaliste

Hind El Achchabi épouse en mars 2013 Sadiq Marafi, l’ambassadeur du Koweït en poste à Vienne, selon le rite chiite. En août 2014, la femme d’affaires lance une procédure de divorce par procuration. Quatre mois plus tard, le divorce est accepté par le mari, qui renvoie les papiers par coursier à New York, où ils avaient une résidence secondaire, comme l’avait expliqué son avocat, Mohamed Faziou, aux médias. De cette rupture, Hind Achchabi aurait conservé les documents originaux dans le coffre-fort de sa résidence new-yorkaise.

En janvier 2015, la patronne de Dalia Développement épouse en seconde noce l’homme d’affaires marocain Mohsine Karim Bennani et en septembre de l’année suivante, le couple donne naissance à une petite fille puis à un deuxième enfant un an plus tard.

Mais en juin 2016, le scandale éclate. En effet, le diplomate koweitien porte plainte à l’encontre de son ex-femme pour « adultère » et nie toute prononciation du divorce. Il remet en question aussi la filiation des enfants en ordonnant des tests de paternité.

Sous le coup de la plainte de son ex-mari, Hind Achchabi s’est vue interdire de quitter le territoire alors qu’elle comptait se rendre à New York pour récupérer les preuves attestant le divorce.
Aussi, le couple incriminé n’est pas parvenu à convaincre le tribunal de première instance de Rabat de la légalité de leur mariage, qui s’était tenu au Mali, pourtant soumis à un acte légal musulman alors que ce même tribunal a reconnu l’union de Hind Achchabi avec le diplomate koweitien même si le mariage avait été célébré selon les codes chiites. Une aberration vu que le Maroc ne reconnaît que les unions sunnites. Toutefois, une ombre planait sur l’union de la femme d’affaires avec son second mari. Le mariage étant polygame, sa validation aurait dû prendre plus de temps en raison des conditions imposées par la nouvelle Moudawana [approbation de la première épouse, NDLR]. Mais l’avocat du couple avait certifié qu’il y avait bien un document signé de la part de la première épouse de Mohsine Karim Bennani, l’autorisant à se marier une seconde fois.

Cette affaire, qui avait défrayé la chronique et indigné opinion publique et associations, promet – à en croire le communiqué de l’avocat de Hind El Achchab - de nouveaux rebondissements dans un avenir très proche.




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale