Lamjarred : Les parquets de Paris et de Draguignan font appel de la décision du juge des libertés !

Lamjarred : Les parquets de Paris et de Draguignan font appel de la décision du juge des libertés !
Source : LesInfos.ma
12/09/2018 10:50

La décision du juge des libertés, qui a libéré le chanteur sous caution, ne semble pas du goût des parquets de Paris ni de Draguignan, qui ont décidé de faire appel. Une première pour la justice française.

 
A lire aussi >>>> Exclu : Le parquet de Paris s’oppose à la libération de Saad Lamjarred

 

Depuis sa présumée récidive, Saad Lamjarred semble devenir un véritable casse-tête pour la justice française. Libéré sous caution par le juge des peines et des libertés de Draguignan [en Côte d’Azur, là où auraient eu lieu les nouveaux faits qui lui sont reprochés] alors même que le parquet de la ville demandait son incarcération et s’opposait à sa remise en liberté, cette décision ne semble pas faire l’unanimité. Plus encore, les parquets de Paris et de Draguignan ont décidé de faire appel de la décision. Un fait extrêmement rare pour la justice française.

Verrouiller sa conditionnelle

Alors même que Pierre Arpaia, le procureur adjoint de la République de Draguignan, expliquait dans les colonnes du Parisien avoir requis la mise en examen de Saad Lamjarred ainsi que sa présentation au juge des peines et des libertés en vue de son placement en détention, le juge avait quand même fini par accorder la liberté provisoire au chanteur contre une caution de 150.000 euros. Une décision qui n’est pas du goût du parquet de Paris - parquet en charge des deux affaires opposant le chanteur aux deux premières plaignantes - ni du parquet de Draguignan qui ont décidé, tous les deux, de faire appel de la décision. « Une première » selon des sources très proches du dossier. 
Le chanteur se présentera de ce fait devant le tribunal de Draguignan mardi 18 septembre pour une audience à l’issue de laquelle le juge décidera soit de « verrouiller » sa liberté conditionnelle en imposant de nouvelles conditions plus « rigides », soit de lui remettre un bracelet électronique pour contrôler ses déplacements qui seront limités à un périmètre restreint, soit de l’incarcérer provisoirement dans l’attente de l’ouverture de son procès. Nous ignorons pour l’heure si cette nouvelle affaire de Saint-Tropez sera greffée à celles qui sont déjà en cours d’instruction à Paris. Toutefois, le parquet de Draguignan ne pourra aucunement prendre en considération les faits qui lui sont reprochés par le parquet de Paris, car aucun jugement définitif n’a été rendu jusqu’à présent.

« Pas de récidive »

En effet, même si les similitudes avec les autres affaires en cours laissent penser que Saad Lamjarred est ce qu’on pourrait appeler un « récidiviste », il n’en est rien. Techniquement, le chanteur reste pour le moment ni plus ni moins un « accusé ». Pour qu’une récidive dite « légale » soit effective il faut que l’accusé soit reconnu coupable et écroué pour des faits ultérieurs et similaires (ou criminels), comme l’explique la loi française : « Il y a récidive criminelle, lorsqu'une personne physique, déjà condamnée définitivement pour un crime ou un délit puni de dix ans d'emprisonnement par la loi [comme dans le cas de crimes sexuels, NDLR], commet une infraction emportant une peine criminelle. Quel que soit l'objet du deuxième crime, quel que soit le lieu de la commission, quel que soit le délai écoulé depuis l'expiration ou la prescription de la première peine ».
Pour rappel, Saad Lamjarred est accusé de viol et de violences aggravées. Des faits qui se seraient déroulés dans la ville de Saint-Tropez. Il aurait rencontré sa victime présumée dans un établissement de la nuit avant de l’inviter à l’accompagner dans sa chambre d’hôtel. Quelques heures plus tard, la jeune femme – dont on ignore l’identité et qui est, selon plusieurs médias, une travailleuse saisonnière en Côte d’Azur – serait ressortie seule de l’établissement avant d’aller porter plainte contre le chanteur. Contrairement à l’affaire parisienne l’opposant à Laura Prioul, l’établissement de luxe où aurait eu lieu de viol présumé est équipé de caméras de surveillance dont les enregistrements seront certainement exploités par les enquêteurs dans le cadre de cette nouvelle affaire.
Si Saad Lamjarred est reconnu coupable, il encourt une peine d’emprisonnement allant de 15 ans à la perpétuité. 




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale