Le porte-parole de Nétanyahou écarté après des accusations d’harcèlement et d’agression sexuelle

Le porte-parole de Nétanyahou écarté après des accusations d’harcèlement et d’agression sexuelle
Source : lemonde.fr
14/09/2018 10:00

David Keyes nie les accusations publiées par la presse israélienne.

Le porte-parole de Benyamin Nétanyahou pour la presse étrangère, David Keyes, n’a pu résister à la pression politique et médiatique. Mis en cause sur les réseaux sociaux et dans les journaux israéliens pour des comportements inappropriés, et même des violences, à l’encontre de plusieurs femmes, il a été contraint d’annoncer sa mise en retrait, jeudi 13 septembre. Officiellement, il s’agirait de ne pas « perturber l’attention » accordée au travail du premier ministre, en attendant que les « accusations fausses et trompeuses » se dissipent. Pour l’heure, M. Nétanyahou n’a pas commenté l’affaire.

La première femme à avoir pris la parole est américaine. Il s’agit de Julia Salazar, qui a remporté, jeudi 13 septembre, la primaire démocrate dans le 18e district de l’Etat de New York. Elle a beaucoup fait parler d’elle, dans le cadre de sa campagne, pour avoir supposément menti sur son parcours et eu des engagements à géométrie variable : républicains, puis fortement ancrés à gauche, pro-Israël, puis en faveur du boycottage et des sanctions (campagne BDS ; boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’Etat hébreu. Le 11 septembre, elle a publié une note sur Twitter pour mettre en cause David Keyes, en expliquant qu’elle voulait ainsi devancer la publication d’un article imminent sur le sujet. Les faits remonteraient au temps où elle était étudiante à l’université Columbia, en 2013.

En 2016, au moment de la nomination de David Keyes auprès de M. Nétanyahou, Julia Salazar avait déjà évoqué une agression dans un post à publication restreinte sur Facebook, ensuite retiré. A l’époque, la presse israélienne s’était fait l’écho de ces allégations, sans nommer leur auteur. Julia Salazar expliquait qu’elle avait pris un café avec le jeune homme – dont elle ne citait pas le nom –, qui l’avait ensuite conviée chez lui. Il l’aurait alors forcée à lui faire une fellation...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale