Sahara : Quand les énergies renouvelables agissent sur le climat local

Sahara : Quand les énergies renouvelables agissent sur le climat local
Source : Lesinfos.ma
20/09/2018 15:45

Une équipe de chercheurs estiment que la circulation des masses d'air engendrée par les éoliennes, et l'augmentation de la température au niveau du sol pour les centrales solaires, pourraient conduire à une hausse locales des pluies au Sahara.   

Et si les énergies renouvelables impactaient très considérablement le climat : pas uniquement d'un point de vue académique ni en luttant contre le réchauffement climatique mais davantage à l'échelle mécanique ? Cette question a été soulevée récemment par une équipe de chercheurs qui estime que « l'installation d'immenses centrales d'énergies éolienne et solaire sur une partie du désert du Sahara pourrait augmenter les précipitations locales - tout en produisant de l'électricité pour la planète ». 

Interactions complexes

Selon leur surprenante étude, publiée dans la revue scientifique Science, l'installation de trois millions d'éoliennes, ainsi que de panneaux solaires sur 20% de la surface du désert, soit neuf millions de kilomètres carrés, permettrait « d'alimenter le monde entier en électricité ». Ces millions d'éoliennes et de panneaux solaires agiraient indubitablement sur les flux d'air et modifieraient la température au sol.

Les scientifiques expliquent que « les éoliennes font descendre l'air chaud et peuvent ainsi augmenter la température au sol la nuit. Les éoliennes, par leur structure physique, réduisent aussi la vitesse des vents. Tout cela modifie les interactions complexes entre la terre et l'air, ce qui augmente les précipitations... et donc la végétation. L'effet est similaire avec les panneaux solaires. Parce qu'ils sont plus sombres que le sable, moins d'énergie solaire est réfléchie vers le ciel, ce qui augmente la température au sol. Là encore, cela a un effet local sur les précipitations, et donc la végétation ».

De telles transformations entraîneraient une hausse des précipitations dans le désert du Sahara, les passant de 0,24 à 0,59 mm par jour. Ces chiffres sont obtenus « à l'aide d'un modèle climatique intégrant une dynamique de la végétation », assurent les chercheurs dans l'étude.

Ils précisent par ailleurs que cet impact sur les précipitations serait également plus marqué dans la région semi-aride du Sahel. Selon Daniel Kirk-Davidoff, professeur à l'université du Maryland, aussi sensible soit-elle, cette hausse des précipitations suffirait à « avoir un impact écologique, environnemental et sociétal important ». « La grande majorité du Sahara resterait extrêmement sèche. Mais une hausse de la pluie sur le pourtour sud du Sahara ferait pousser davantage de plantes, ce qui permettrait ensuite à davantage d'animaux de se nourrir », souligne le spécialiste à l'AFP.

Manque de puissance

Ces hypothèses formulées par l'équipe de scientifiques réunissent tous les ingrédients d'un succès, et débouchent sur des perspectives réjouissantes. Mais la théorie finit souvent par s'écraser sur le mur des dures réalités... Et pour cause, toute l'étude s'appuie sur l'idée que les gigantesques installations soient respectivement capables de fournir 3 TW de puissance pour les éoliennes et 79 TW pour les centrales solaires. Or, « la centrale solaire la plus puissante du monde (celle de Tamil Nadu en Inde) atteint "seulement" les 650 MW, soit un millionième de la puissance nécessaire pour égaler celle du modèle théorique utilisé par les chercheurs », avance l'AFP.

Si certaines études avaient d'ores et déjà montré que les centrales solaires et éoliennes pouvaient avoir un impact climatique à un échelon continental, cette dernière étude est la « première à modéliser l'impact sur la végétation », explique Yan Li, chargé de recherche à l'université de l'Illinois. Un impact qui restera certes limitée à la région couverte par les centrales mais à diamétralement opposé à celui des centrales requérant des énergies fossiles. Rejet massif de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et pollution atmosphérique en tout genre, qui contribuent incontestablement au réchauffement de la planète entière, n'en déplaise aux climato-sceptiques...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale