Mondial 2030 : Le Maroc se dirige-t-il vers un nouvel échec ?

Mondial 2030 : Le Maroc se dirige-t-il vers un nouvel échec ?
Source : LesInfos.ma
20/09/2018 16:20

La Fédération Irlandaise de Football vient d’annoncer qu’elle se joindrait à l’Angleterre, au Pays de Galles, à l’Irlande du nord et à l’Écosse dans le cas où ils décideraient de présenter leur candidature conjointe officiellement. Des adversaires de taille pour le Maroc.

Le Mondial 2030 est d’ores et déjà au cœur de tous les pronostics et de toutes les convoitises. Après la Chine, le trio Argentine-Uruguay-Paraguay et le Maroc, qui se sont portés officieusement candidats à l’organisation de cet événement planétaire, c’est maintenant au tour de la Fédération Irlandaise de Football (FIF) de faire une annonce on ne peut plus explicite. « À la suite de discussions positives récentes entre toutes les parties, il a été convenu que la Fédération irlandaise de football se joindrait aux fédérations anglaise, irlandaise (Irlande du Nord, NDLR), galloise et écossaise pour mener une étude de faisabilité sur une éventuelle candidature conjointe à la Coupe du monde de football 2030 », a déclaré la FIF sur Twitter mercredi soir. En effet, si pour le moment la candidature de l’Angleterre n’est pas encore officielle - le président de sa Fédération ayant déclaré qu’une étude de faisabilité se déroulerait sur toute la saison à venir et qu’aucune décision définitive ne serait prise avant 2019 - elle se précise pourtant de plus en plus et il serait hors de question pour les Anglais d’essuyer un autre échec.

Le jeu de rotation de continents : une aubaine pour l’Angleterre

L’Angleterre, qui n’a accueilli qu’une seule fois le Mondial en 1966, est susceptible de présenter une candidature conjointe, comme voudrait le faire le Maroc, et ne compte pas faire les choses à moitié. Candidate malheureuse à l’organisation de la Coupe du Monde 2018 avec une élimination dès le premier tour de votes, l’Angleterre serait aujourd’hui plus rassurée par le nouveau système de désignation, jugé plus transparent et surtout par le jeu de rotation de continents qui pourrait être favorable à l’Europe en 2030. C’est d’ailleurs au nom de ce principe que le président de la Fédération Anglaise de Football, Greg Clarke, n’envisage pas de rapatrier la Coupe du Monde 2022, programmée au Qatar à la fin de l’automne, en Angleterre en cas de corruption avérée dans le processus d’attribution. « Ça ferait de l’édition 2030 la prochaine qu’une nation européenne pourrait accueillir, pas avant. Une personne suggérant l’inverse se comporte de manière irrespectueuse envers notre sport globalisé et ne parle pas au nom de la Fédération anglaise », avait-il déclaré aux médias de son pays.


Un Maroc-Espagne-Portugal très peu probable !

Le Maroc, cinq fois candidat malheureux à l’organisation du Mondial de football, voudrait présenter sa candidature idéalement avec les voisins espagnols et portugais afin de maximiser ses chances. Mais si l’Espagne ne semble pas encore décidée à sauter le pas, hésitant entre une candidature unique et un dossier à trois, plusieurs médias ibériques estiment qu’une organisation à plusieurs serait une meilleure idée. Et il paraîtrait que la Fédération espagnole de Football pencherait plus pour cette dernière option qu’elle jugerait la plus cohérente afin de s’imposer face aux autres candidats.
Toutefois, selon certains journaux portugais, le Portugal ne voit pas les choses de la même manière et n’optera pas pour une candidature conjointe. D’ailleurs, les médias lusitaniens ne semblent pas d’accord avec cette option et militeraient même pour la bannir définitivement, ce qui laisserait à l’Espagne un seul « survivant » dans cette coalition tant espérée. « Le Maroc peut choisir son avenir. Soit former une coalition intercontinentale avec l'Espagne et le Portugal, soit opter pour une candidature maghrébine formée avec l'Algérie et la Tunisie », analyse le journal espagnol A Bola.  D’ailleurs, le ministre algérien des Sports, Mohamed Hattab, a défendu la candidature du Maghreb avec beaucoup de conviction. « Lorsque nous regardons nos villes, avec les équipements sportifs et culturels actuels, nous pouvons considérer que nous pouvons accueillir des événements mondiaux importants », indique-t-il.

Reste à savoir quelle décision prendra le Maroc pour espérer gagner contre des adversaires encore plus redoutables que les Américains. Si les médias espagnols semblent plutôt optimistes, ils s’interrogent néanmoins sur la capacité du royaume à accueillir un événement de classe mondiale : « C’est la question à un million de dollars », ironisent certains. Pour le reste, seul l’avenir nous le dira !







Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale