Centres d’accueil pour les migrants : Le niet du gouvernement !

Centres d’accueil pour les migrants : Le niet du gouvernement !
Source : LesInfos.ma
05/10/2018 09:50

Après le chef de la diplomatie, Nasser Bourita, c’est au tour du porte-parole de l’Exécutif Mustapha El Khalfi de réitérer le refus catégorique du royaume d’abriter des centres d’accueil pour migrants.

Mustapha El Khalfi, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement a réitéré, jeudi à Rabat, le refus catégorique du Maroc d'abriter des centres d'accueil pour migrants. « La création de centres d'accueil pour migrants n'est qu'une tentative d'externaliser le problème et ne constitue pas une solution », a lancé Mustapha El Khalfi lors d'un point de presse tenu à l'issue d'une réunion du Conseil de gouvernement. « Nous avons besoin d'une solution de long terme et non pas d'une solution immédiate conjoncturelle. Le Maroc a choisi de défendre une approche humaine et multidimensionnelle de la question migratoire et le Royaume a donné l'exemple en décidant la régularisation de la situation de plus de 50.000 migrants et en répondant favorablement à près de 3.000 demandes de participation au programme de retour volontaire », a-t-il poursuivi.
Le porte-parole a fait observer que le Maroc a pris l'initiative d'aborder cette question sur le plan africain, notant qu'il s'agit d'une approche que le roi a parrainée depuis 2013 et qui s'est muée en stratégie nationale. Tout en insistant sur la nécessité d’assumer la responsabilité collective en la matière, Mustapha El Khalfi a enfoncé le clou : « Le Maroc ne peut pas accepter une situation qui s'inscrit en porte-à-faux de cette profondeur humaine inhérente au règlement de la problématique de l'immigration ».

Pas question de payer les dommages collatéraux de l’Union Européenne

La veille de la sortie médiatique de Mustapha El Khalfi, c’est Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, qui a exprimé le niet du Maroc à l’ouverture de centres de migrants dans les colonnes du quotidien allemand Die Welt. Refusant de « payer les dommages collatéraux de l’échec des pays de l’Union européenne à gérer la question des migrants », le ministre a souligné qu’une compensation financière quelle qu’elle soit ne fera pas changer d’avis au Maroc à cet égard. « C’est trop facile de dire simplement que c’est une opportunité pour le Maroc », a-t-il lancé, avant de rappeler qu’aucun pays d’Afrique du Nord n’a montré un quelconque intérêt pour ce projet, comme le rapportent nos confrères du HuffPost. Le chef de la diplomatie s’est aussi montré sceptique sur l’approche qu’adopte l’UE, estimant que celle-ci cherche à rendre le problème de la migration plus grand qu’il ne l’est en réalité. « Les migrations englobent 3% de la population, dont 80% sont légales. Nous parlons donc de 20% de ces 3% », a-t-il détaillé.
En Europe, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) – une agence onusienne basée en Suisse – s’est montrée tout aussi catégorique vis-à-vis de cette solution proposée par l’UE : « Toute solution à la problématique liée à la gestion migratoire doit être une solution européenne », a martelé le porte-parole de l’OIM, Leonard Doyle, lors d’un point de presse.







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale