Décès de Saber El Haloui : La polémique de trop pour Bassima Hakkaoui ?

Décès de Saber El Haloui : La polémique de trop pour Bassima Hakkaoui ?
Source : LesInfos.ma
09/10/2018 11:30

Le décès du non-voyant qui manifestait sur le toit du ministère de Bassima Hakkaoui défraye la chronique. La coordination des non-voyants réclame, depuis plusieurs heures, la démission de la ministre.

C’est le scandale de trop et Bassima Hakkaoui est, encore une fois, au centre d’une vive polémique. Dimanche 7 octobre dans la soirée, l’un des diplômés-chômeurs non-voyants qui manifestaient sur le toit du ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, est décédé des suites d’une chute mortelle. Le défunt, Saber El Haloui, avait 24 ans et était demandeur d’emploi après une licence en littérature arabe. Il serait tombé dans le vide alors qu’il parlait au téléphone en faisant les cent pas sur le toit du ministère.

Des accusations de mensonge pèsent sur Bassima Hakkaoui

Suite à une chute mortelle du sixième étage, Saber El Haloui a perdu la vie, ce dimanche soir. Depuis, la Coordination nationale des non-voyants et diplômés chômeurs, qui reconnaît « le décès accidentel de la victime », fait endosser la responsabilité morale de ce drame à Bassima Hakkaoui, ministre de la Famille et de la Solidarité. Les membres de la Coordination reprochent notamment à la ministre d’avoir menti. En effet, dans un communiqué, Bassima Hakkaoui a expliqué que le défunt était décédé durant son transport à l’hôpital : « Après sa chute, le défunt a été transporté immédiatement dans une ambulance, mise à disposition du ministère depuis le début du sit-in. Le défunt est décédé sur le chemin vers l’Hôpital Ibn Sina ». Mais, selon les autres manifestants ainsi que des témoins oculaires qui se trouvaient sur place au moment des faits, Saber El Haloui est décédé sur le coup car les ambulanciers de la Protection civile, qui stationnaient en permanence devant le ministère, l’ont sorti inerte et entièrement couvert sur une civière.
Le département de Bassima Hakkaoui a précisé dans son communiqué qu’une enquête a été ouverte par la police judiciaire, sous la supervision du parquet, pour déterminer les causes exactes de ce drame. Selon les informations de nos confrères du 360, la Coordination nationale des non-voyants, qui a assuré que son mouvement revendicatif ira désormais crescendo après cet accident dramatique, accuse aussi le ministère d’avoir commis un autre « crime » à l’égard des protestataires non-voyants, celui de couper l’eau et l’électricité au sein du ministère dès la sortie des fonctionnaires. « C’est un drame, nous avons perdu un martyr, j’en compatis et je me recueille devant son âme. J’appelle Bassima Hakkaoui en cette heure tragique à assumer ses fonctions et responsabilités de ministre et à donner aux non-voyants leurs droits que nous revendiquons depuis 2011. Il y avait déjà eu un martyr et l’affaire a été classée mais cette fois-ci, nous ne laisserons rien passer. Bassima avait déclaré qu’elle nous combattrait, se disant être une femme de fer, nous, nous sommes de cuivre, le fer rouille et nous ne renoncerons pas à nos droits », a déclaré pour sa part une manifestante au micro de nos confrères du Site info.

L'affaire de trop

Depuis que la nouvelle s’est répandue et juste après la publication de son communiqué sur sa page officielle, la ministre de la Famille et de la Solidarité fait l’objet de critiques et d’insultes de la part de plusieurs internautes qui réclament sa démission ou son limogeage. Parmi les ministres les plus impopulaires du gouvernement, Bassima Hakkaoui n’en est pas à sa première polémique et celle-ci risque bien d’être celle de trop.

Le sit-in tenu par environ 170 diplômés-chômeurs non-voyants dure depuis à peu près deux semaines. Ils dénoncent leur marginalisation en matière d’emploi à cause de leur handicap. Au Maroc, le taux de chômage des personnes en situation de handicap s'élève à 47,65% - soit quatre fois plus que la moyenne - dans un pays qui compte 2,3 millions de handicapés, selon une étude officielle publiée en 2016.




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale