Trump critique la Fed, les Bourses dégringolent

Trump critique la Fed, les Bourses dégringolent
Source : Lefigaro.fr
11/10/2018 07:00

Peu de temps après une chute des indices à Wall Street, le président américain a affirmé que la banque centrale américaine, qui a décidé de relever ses taux d'intérêt, était «devenue folle». Dans la foulée, les Bourses asiatiques et européennes chutent.

Donald Trump n'a peur de rien. Même pas d'aggraver le vent de panique qui souffle sur les Bourses mondiales. Mercredi soir, après la plus forte baisse des marchés américains depuis février (-3,15% pour l'indice Dow Jones), le président des États-Unis a tenté de faire porter le chapeau à la Réserve fédérale. «La Fed est devenue folle», a-t-il lâché, en marge d'un déplacement de campagne dans la ville d'Érié, en Pennsylvanie. «Je suis vraiment en désaccord avec ce que fait la Fed», a-t-il ajouté, en référence à sa décision de relever trois fois ses taux directeurs cette année alors qu'il n'y a, selon lui, pas de risque d'inflation.

Suite à ces propos, les places asiatiques ont vu rouge. Après avoir chuté de près de 2% à l'ouverture, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a accentué ses pertes pour finalement clôturer en baisse de 3,89%. De leurs côtés, les Bourses de Chine ont terminé la journée sur un plus bas en quatre ans. L'indice composite de la Bourse de Shanghai a cédé 5,22% tandis que la Bourse de Shenzhen a perdu 6,45%. La Bourse de Hong Kong a pour sa part clôturé sur une nette baisse de 3,54%. Même mouvement en Corée du Sud, où le Kospi tombait de 4,03%, et à Taïwan où le Taiex dévissait de 6,31%. Les Bourses s'affichaient aussi en net recul en Australie (-2,74%), Nouvelle-Zélande (-3,64%) ou encore à Singapour (-2,77%).

Les marchés européens étaient aussi à la peine. À Paris, le CAC 40, qui avait ouvert en net recul (-1,50%) perdait encore 1,31% à la mi-journée. Au même moment, à Francfort, le Dax perdait 1,25% tandis que le Footsie de Londres lâchait 1,71%.

Jay Powell en bouc émissaire

Donald Trump n'a donc pas hésité à briser le tabou selon lequel un président ne critique pas publiquement la politique de la banque centrale, institution indépendante. Ce n'est pas la première, ni la dernière fois qu'il agit ainsi. Le président américain, qui ne manque jamais de rappeler que les marchés flambent depuis son élection (+39,6% pour le Dow Jones depuis le 8 novembre 2016), veut qu'on trouve un responsable ailleurs qu'à la Maison-Blanche en cas de retournement de la tendance boursière, à quelques semaines des élections de mi-mandat. À ce titre, il n'hésite pas à faire de Jay Powell, qu'il a nommé à la tête de la Fed en février, un bouc émissaire...

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale