Deadpool dézingue-t-il vraiment Hollywood ?

Deadpool dézingue-t-il vraiment Hollywood ?
Source : Premiere.fr Live
18/10/2018 08:00

Les vannes du "Merc with a mouth" font-elles mouche ? Réponse ce soir sur M6.

Deadpool sera diffusé ce soir sur M6 : cette comédie super-héroïque aura mis moins de temps à avoir une suite (sortie en mai dernier) qu'à être diffusée en clair à la télé !  A sa sortie, début 2016, nous nous étions demandé si la promesse de la 20th Century Fox était tenue. Le film est-il aussi subversif que prévu ? Eléments de réponse.

Deadpool a un gros avantage sur tous ses alliés et adversaires super-héroïques : il a conscience d’être un personnage de fiction et peut briser le quatrième mur, c’est-à-dire s’adresser directement aux lecteurs/spectateurs. Tim Miller exploite logiquement cette spécificité pour en faire le principal ressort comique de son film mais aussi une arme critique à l’intention de Hollywood. D'ailleurs, l'offensive a été lancée bien avant la sortie de Deadpool et fut le gros argument promo.

A l'écran, Ryan Reynolds se repaît donc de vannes sur les X-Men (Wolverine en particulier), les Marvel, Green Lantern, l’industrie tout entière… Et si c’est dans ce domaine que Deadpool est le plus drôle et le plus attendu, le procédé a quand même ses limites.
Attention, spoilers.

"Un film réalisé par un baltringue avec un imbécile heureux"
Dès le générique, le ton est donné. Le long-métrage n’est pas signé Tim Miller, ni porté par Ryan Reynolds. Non, il a été "réalisé par un baltringue avec un imbécile heureux". Avant même que l’action ne démarre, on nous promet aussi en vrac : "une bombasse" (Morena Baccarin), "un méchant trop classe" (Ed Skrein) et "un caméo attendu" (Stan Lee, évidemment). Le film commence et à la première occasion, Deadpool se tourne vers le public pour s’exclamer : "Vous vous demandez à qui j’ai caressé les couilles pour avoir mon film ? Ca rime avec Poolwerine et il a deux jolies melbournes dans son slip kangourou". Difficile de faire plus direct.

Le message est clair : "The Merc with a mouth" a retrouvé sa grande gueule, cousue de façon incompréhensible dans X-Men Origins : Wolverine (déjà produit par la Fox et sorti en 2009), et il n’a pas l’intention de la fermer. Au fil de l’intrigue, il tape en particulier sur les X-Men (qui appartiennent au même studio), notamment auprès de Colossus qui insiste pour qu’il rejoigne l’équipe du Professeur Xavier. "Lequel ? McAvoy ou Stewart ? On s’y perd dans leur chronologie", répond-il en référence au fait que le mutant a actuellement deux interprètes en parallèle : James McAvoy et Patrick Stewart. Puis il souligne le fait de n’être entouré que de deux X-Men, Colossus et Negassonic Teenage Warhead ("Quel nom trop cool ! ") : "Un troisième mutant, c’était trop cher ?"...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale