Les fils de Jamal Khashoggi réclament aux autorités saoudiennes la dépouille de leur père

Les fils de Jamal Khashoggi réclament aux autorités saoudiennes la dépouille de leur père
Source : LesInfos.ma
05/11/2018 11:45

Les fils du journaliste assassiné ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer le corps de leur père, pour que la famille puisse enfin faire son deuil. Selon le journal turc « Hurriyet », qui a cité un conseiller du président turc, le corps de Jamal Khashoggi aurait été démembré puis dissout dans l’acide.

C’est dans une interview avec la chaîne d’information américaine CNN, enregistrée à Washington, que les fils de Jamal Khashoggi – le journaliste saoudien assassiné dans le consulat saoudien à Istanbul – sont revenus sur l’affaire qui a secoué le monde ces dernières semaines. « J’espère vraiment que ce qui s’est passé n’a pas été douloureux pour lui, ou que ça a été rapide. Ou qu’il a eu une mort paisible », a confié Abdullah Khashoggi à la chaîne américaine. « Tout ce que nous voulons maintenant, c’est l’enterrer à Al Baqi à Médine avec le reste de sa famille », a précisé son frère Salah, faisant référence à un cimetière en Arabie Saoudite. « J’ai parlé de ça avec les autorités saoudiennes et j’espère juste que cela arrivera bientôt », a-t-il poursuivi. « C’est conforme à la tradition islamique, et c’est plus que ça, c’est une question humanitaire fondamentale. On veut juste s’assurer qu’il repose en paix ».
Les deux frères ont également raconté à quel point la mort de leur père les avait affectés eux et le reste de leur famille. « Même maintenant, j’ai du mal à croire qu’il est mort. Je ne l’ai pas encore intégré émotionnellement », a avoué Salah Khashoggi.

Jamal Khashoggi aurait été démembré et dissout

Un responsable turc a affirmé vendredi que le corps du journaliste saoudien a été démembré et dissout dans de l’acide. « Nous voyons à ce stade qu'ils ne se sont pas contentés de le démembrer, ils s'en sont débarrassé en le dissolvant », a déclaré au quotidien «Hürriyet» Yasin Aktay, conseiller du président Recep Tayyip Erdogan. « Selon les dernières informations dont nous disposons, la raison pour laquelle ils ont découpé le corps, c'est pour le dissoudre plus facilement», a-t-il ajouté.
Lors d'une conférence de presse à Washington jeudi dernier, un porte-parole du Département d’État américain, Robert Palladino, a déclaré que « les restes du corps de Jamal Khashoggi doivent être localisés et restitués à sa famille pour un enterrement approprié le plus tôt possible ».

Le parquet d’Istanbul avance la même thèse

Dans un communiqué publié mercredi, le parquet d'Istanbul a affirmé que la victime a été démembrée et que « l’on s'en est débarrassée», sans pourtant préciser comment.
Après ces déclarations, un responsable turc anonyme a indiqué au «Washington Post» que les autorités examinaient une piste selon laquelle son corps aurait été dissout dans de l'acide au consulat ou dans la résidence du consul.
« Aujourd'hui, je demande à la communauté internationale de prendre des mesures réelles, sérieuses et concrètes pour mettre au jour la vérité et traduire les responsables devant la justice», a écrit Hatice Cengiz, sa fiancée turque, dans une tribune publiée dans plusieurs médias internationaux. Cette dernière a appelé les États-Unis, pays où s'était exilé Jamal Khashoggi en 2017, à être « à la tête des efforts » visant à traduire en justice les responsables. « Le premier amendement de leur Constitution symbolise à lui seul les idéaux qu'incarnait Jamal. Or, face à cette tragédie, l'administration Trump a adopté une position dépourvue de tout fondement moral», a-t-elle martelé.
Dans une tribune publiée dans le Washington Post, le président turc a quant à lui déclaré que les auteurs de l’assassinat du journaliste sont incontestablement parmi les 18 suspects détenus par l’Arabie Saoudite (parmi lesquels figurent 15 membres du commando qui avait atterri à Istanbul quelques heures avant le meurtre). « Nous savons aussi que ces individus sont venus pour exécuter leurs ordres: tuer Khashoggi et partir. Enfin, nous savons que l'ordre de tuer Khashoggi est venu des plus hauts niveaux du gouvernement saoudien», a-t-il ajouté. Toutefois, Erdogan a assuré ne pas croire « une seule seconde que le roi Salmane, le gardien des saintes mosquées, ait ordonné le coup ».

Pour rappel, l'éditorialiste Jamal Khashoggi, collaborateur du Washington Post, a été tué le 2 octobre dans le consulat saoudien d'Istanbul où il s'était rendu pour des démarches administratives. Un mois après sa mort, et malgré les efforts déployés par les autorités turques, son corps, ou ce qu'il en resterait, n'a toujours pas été retrouvé.

(Avec AFP)







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale