Un couple de galeristes fait don de 1300 oeuvres à l'Institut du monde arabe

Un couple de galeristes fait don de 1300 oeuvres à l'Institut du monde arabe
Source : huffpostmaghreb.com
07/11/2018 09:01

Les Marocains Mahi Binebine, Najia Mehadji et Mohammed Melehi font partie de la collection.

L’art se vit et se transmet. Pour continuer de faire vivre sa collection d’oeuvres, un couple de galeristes, Claude et France Lemand, a fait un don exceptionnel à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris. 1300 oeuvres, réunissant 94 artistes dont 68 issus du monde arabe. 

Riche par sa taille, mais aussi par son contenu. La collection de Claude et France Lemand rassemble trois générations d’artistes avec, parmi eux, l’Algérien Abdallah Benanteur, le Syrien Youssef Abdelké, ou encore l’Irakien Dia Al-Azzawi. Elle mélange peintures, aquarelles et gouaches, dessins, sculptures, estampes, livres et reliures d’artistes, photographies et céramiques. Et elle traverse l’époque moderne et l’époque contemporaine.

“Nous avons 73 ans. Il était temps de faire cette donation pour voir le fruit de notre travail de notre vivant, mais aussi pour le transmettre. C’est important qu’il y ait un passage de témoins, de le partager avec les citoyens”, confie Claude Lemand au HuffPost Maroc.

L’histoire commence en Egypte 

Avant d’ouvrir sa première galerie en octobre 1988 à Paris, le collectionneur, d’origine libanaise, est professeur d’université dans les pays arabes. “J’ai quitté le Liban à cause de la guerre. Je n’y suis plus jamais revenu. C’est en Egypte que j’ai commencé à aimer l’art”, raconte-t-il. “J’ai ensuite quitté mon poste de professeur et je me suis installé à Paris.”

Les premières oeuvres qui constitueront la collection Lemand sont égyptiennes. Parmi elles: une oeuvre d’Abdel Hadi Al Gazzar, “un esprit du surréalisme égyptien”, souligne le collectionneur. “Deux ans après mes débuts, ma première oeuvre marocaine était une oeuvre de Farid Belkahia”, ajoute Claude Lemand. 

Aujourd’hui, 68 artistes du monde arabe s’inscrivent dans la collection. Parmi eux, les Marocains Mahi Binebine, Najia Mehadji et Mohammed Melehi. “Quand j’ai commencé cette collection, en octobre 1988, je voulais essayer de créer un dialogue entre l’Orient et l’Occident à Paris. Faire connaître ces oeuvres au public français et européen”, explique le galeriste. “Mais il y a aussi des artistes qui viennent du Japon, de Corée, d’Amérique latine. Des artistes qui ont tous vécu à Paris”...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale