GMT+1 : Criminalité, éducation et grand chambardement, mauvais timing pour le gouvernement

GMT+1 : Criminalité, éducation et grand chambardement, mauvais timing pour le gouvernement
Source : LesInfos.ma
07/11/2018 10:35

Face à l'impopularité du maintien de l'heure à GMT+1, le gouvernement met en avant les avantages de cette mesure. Selon l'Intérieur et les Transports, ce nouvel horaire contribuerait à réduire la criminalité et les incidents de la voie publique. Du côté de l’Éducation en revanche, des questions de logistiques peinent à convaincre.

Lorsque les arguments s'amenuisent, le gouvernement peut toujours compter sur la carte de la « sécurité ». Un « joker » infaillible dont a récemment usé le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, pour convaincre de l'utilité du maintien de l'horaire GMT+1, encore très impopulaire. En effet, à l'occasion du conseil exceptionnel du gouvernement, le ministre Laftit a assuré au chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, que l'horaire d'été aurait des répercussions positives sur le maintien de l'ordre public. Relayé par le quotidien arabophone Al Akhbar, le ministre précise que le taux de criminalité serait même réduit de près de 3% sous ce fuseau horaire. 

« Chiffres » à l'appui, le ministre entend ainsi répondre à une opinion publique mécontente de cette mesure prise, le 26 octobre, sans la moindre consultation préalable. Pour enfoncer le clou et balayer les revendications d'un revers de la main, c'est désormais son homologue au département des Transports, Abdelkader Amara, qui vante les vertus cachées de cet horaire GMT+1. Ce dernier estime ainsi que les accidents de la route diminueront de près de 11%. Selon la même source, le ministre des Transports ajoute en guise d'explications que les changements d'horaires, saisonniers et réguliers, embrouillent les esprits des conducteurs qui ne parviennent que péniblement à s'adapter à de telles variations et chambardements...

A défaut d'yeux ensommeillés, nombre de citoyens lèvent des sourcils sceptiques, face à de telles explications et assurances. 

Mécontentement et dérèglement

La société civile, unanime, critique ouvertement ce rétropédalage horaire et en subit les conséquences. Dans les milieux scolaires, les associations de parents d'élèves ont été particulièrement virulentes, dénonçant une organisation irréfléchie, voire potentiellement dangereuse pour les plus jeunes, qui seront davantage exposés à des risques de harcèlements ou de violences compte tenu des horaires de début et fin des classes.  

Un point que le ministre de l’Éducation, Said Amzazi, a tenté de régler en proposant des horaires de cours à la carte, suivant les saisons... Et comme si les annonces contradictoires ne suffisaient plus, son département se prend à nouveau les pieds dans le tapis, en expliquant que l'application des nouveaux horaires définis par le ministère de tutelle, entreraient en vigueur le 12 novembre. Une déclaration qui contredit les dires du ministre évoquant pour sa part une nouvelle organisation à compter du 7 novembre, jour de reprise après les vacances scolaires.

Selon ce dernier communiqué du ministère de l’Éducation, les parents et personnes concernées sont invitées à contacter les établissements scolaires et / ou les directions provinciales de l’enseignement pour de plus amples informations.

Si la question du changement d'heure peut en apparence sembler « anodine » voire « superficielle » pour certains, son traitement, son application et son motif, sont pour leur part symptomatiques de profonds dysfonctionnements et de rupture avec la société civile. Cette dernière, passablement échauffée par nombre d'affaires épineuses (service militaire, accidents de train, tirs de la marine royale, coût à la pompe, etc.) accusent à nouveau le coup, mais la coupe semble pleine. Le gouvernement, d'ores et déjà mis à mal, peine désormais à remettre les pendules de la confiance à l'heure...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale