4,5 milliards de personnes dans le monde n'ont pas accès à des toilettes adaptées

4,5 milliards de personnes dans le monde n'ont pas accès à des toilettes adaptées
Source : Lefigaro.fr
19/11/2018 14:00

A l'occasion de la Journée mondiale des toilettes, plusieurs institutions soulignent le problème de santé publique représenté par le manque d'infrastructures d'assainissement. En France, plus d'un million de personnes sont concernées.

Cela semble basique en France ; pour autant, aller aux toilettes reste, à l'échelle du globe, un privilège. Selon les dernières données publiées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 4,5 milliards de personnes, soit les deux tiers de la population mondiale, n'ont pas accès à des services d'assainissement correctement gérés, c'est-à-dire à des toilettes connectées à un égout ou à une fosse sceptique.

A l'occasion de la Journée mondiale des toilettes, les experts internationaux tirent donc la sonnette d'alarme sur une question qui prête souvent à sourire, mais qui reste un enjeu de développement central. Pour l'ONU, il s'agit d'un défi particulièrement important à l'échelle mondiale, ainsi qu'un enjeu sanitaire et économique majeur. Les nations se sont engagées à remplir l'objectif de développement durable n°6 d'ici 2030, visant à «garantir l'accès de tous à l'eau et à l'assainissement». Pour l'heure, toutefois, cette mission est encore loin d'être remplie.

 

En France, un bilan contrasté

A l'échelle de l'Hexagone, l'accès aux toilettes est presque parfait, mais présente des zones d'ombre. D'un côté, selon la Coalition eau (qui regroupe des ONG engagées «pour l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous»), 8% des Français n'ont pas d'installations sanitaires adéquates, soit environ 1,1 million de personnes. Sur ce million, 824 000 personnes habitent dans des résidences principales privées de confort, c'est-à-dire sans l'eau courante ni l'accès aux WC. Le reste se divise entre les sans-domicile fixe (143.000), les gens du voyage (44.000), les habitants de bidonvilles (15.000), les migrants vivant dans des foyers en attente de rénovation (39.000) et les occupants «d'habitats atypiques» (85.000).

La situation est toutefois contrastée selon les lieux: en Outre-mer, ainsi, cette thématique prend une toute autre ampleur, puisque 47% des habitants de Mayotte n'ont pas de toilettes à l'intérieur de leur logement, et 6% des habitants de Guyane n'ont pas accès à des toilettes hygiéniques. La Coalition eau souligne aussi les forts décalages à l'échelle locale, selon les villes, celles-ci étant plus ou moins engagées pour l'accès aux toilettes. Ainsi, Paris dispose de 400 sanitaires publics gratuits, contre une dizaine à Marseille ou 76 à Bordeaux. La situation dans la cité phocéenne a même mené à des pétitions ainsi qu'à un plan d'équipement, l'année dernière. «A Marseille, il y a trois fois moins de toilettes publiques que d'années dans le mandat de Jean-Claude Gaudin», dénonçait il y a deux ans l'élue EELV Michèle Rubirola.

Fin août, la première étape des Assises de l'eau, organisées sous l'égide du Premier ministre, a défini les priorités de l'Etat en la matière pour les années à venir. D'un côté, le gouvernement cherchera à mieux connaître l'état des réseaux d'eau et d'assainissement. De l'autre, il améliorera le financement de la modernisation des infrastructures et de l'aide à l'ingénierie pour «ne pas laisser seule une équipe municipale face à ces dossiers complexes». Pour autant, les associations estiment que ces avancées restent insuffisantes et ne prennent pas en compte les personnes «déconnectées» comme les sans-abris.

Un défi pour le développement mondial

Toutefois, la France est très bien équipée en toilettes comparée à celle d'autres pays dans le monde. Sans surprise, on constate une corrélation entre le taux de pauvreté d'une nation et son accès aux réseaux d'assainissement et aux lieux d'usage. Selon l'association WaterAid, les dix pays proposant le moins d'accès aux toilettes pour leurs ressortissants sont tous en Afrique subsaharienne: en Ethiopie, au Tchad et à Madagascar, plus de 9 personnes sur 10 n'ont pas accès aux installations sanitaires de base. En moyenne, dans cette zone, un peu plus d'un quart (28%) de la population seulement a accès à des toilettes. L'absence de toilettes force ainsi les habitants à se résoudre à d'autres solutions, parfois extrêmes, comme déféquer en plein air, une pratique à laquelle s'adonnent plus de 892 millions de personnes dans le monde, faute de mieux...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale