Affaire Khashoggi et guerre au Yémen : Trump et Arabie Saoudite dans le collimateur du Sénat américa

Affaire Khashoggi et guerre au Yémen : Trump et Arabie Saoudite dans le collimateur du Sénat américa
Source : LesInfos.ma
29/11/2018 10:05

Les sénateurs américains ont adopté une résolution permettant d'interrompre le soutien américain à l'opération militaire dirigée par l'Arabie Saoudite au Yémen. Un coup dur pour Donald Trump qui paye le prix son alliance avec les Saoudiens dans un contexte extrêmement délicat. 

Les États-Unis vont-ils se désunir de l’Arabie Saoudite dans la guerre qu’elle mène au Yémen ? Si rien n’est sûr pour l’instant, les sénateurs américains – très remontés contre Donald Trump et sa manière de gérer l’affaire du meurtre de Jamal Khashoggi - ont choisi de défier la Maison-Blanche. C’est ce mercredi qu’ils ont adopté, à 63 voix (républicaines et démocrates, NDLR) contre 37, une résolution visant à mettre fin à l’implication américaine au Yémen. Le texte pourra ensuite être amendé, avant la tenue d'un vote final.
Les Américains offrent notamment un soutien logistique à la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite dans ce conflit, les sénateurs ont donc défié la volonté de l’administration Trump. Plus tôt dans la journée, le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui était accompagné de son homologue à la Défense James Mattis, a sommé les élus de ne pas appuyer la résolution. « Nous pensons que le moment choisi n’est pas le bon », a-t-il affirmé en ajoutant que Washington préparait des négociations « qui pourraient mener à un cessez-le-feu ».

L’affaire Khashoggi a changé la donne

En mars, un texte semblable avait échoué à recevoir ce premier aval du Sénat, ne recueillant que 44 votes. Selon l’un des parrains du projet, le républicain Mike Lee, les élus ont eu le temps d’alimenter leur réflexion à propos de cette guerre qui a fait 10.000 morts, selon les chiffres de l’ONU, et plongé le Yémen dans la famine. Toutefois, le républicain reconnaît que le meurtre de l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi à Instanbul a aussi joué un rôle important. « L'affaire Khashoggi a attiré l'attention et a poussé certaines personnes à se demander pourquoi nous participons aveuglément à une alliance avec l'Arabie Saoudite », a affirmé Mike Lee aux médias.
En effet, depuis quelques semaines, de nombreux sénateurs, démocrates comme républicains, ne cachent pas leur insatisfaction face à la réaction de l’administration Trump envers Riyad dans cette affaire. Dans une déclaration écrite, puis devant les journalistes la semaine précédente, le locataire de le Maison Blanche a affirmé que le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman, était « peut être impliqué, peut être pas » dans l’assassinat du journaliste, ajoutant que cela n’aurait « pas d’impact sur la relation économique et stratégique entre Washington et Riyad ». Pour justifier les déclarations de Donald Trump, Mike Pompeo a affirmé devant le Sénat que les agences de renseignement « ne disposaient pas d’éléments directs liant le prince héritier au meurtre ». Pourtant les médias américains les plus sérieux ont rapporté que selon la CIA, le rôle de Mohammed Ben Salman ne faisait plus de doute.

La résolution du Sénat reste pour l’instant symbolique compte tenu du peu d’intérêt qu’elle suscite à la Chambre des représentants. Mais des sénateurs, comme le républicain Lindsey Graham, menacent de bloquer des textes et des nominations tant qu’ils n’auront pas obtenu les réponses qu’ils exigent de l’administration. La Chambre des représentants, où les démocrates seront majoritaires à partir de la rentrée parlementaire de janvier, devrait dès lors se montrer beaucoup plus réceptive aux arguments du Sénat.







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale