Première mondiale: Un bébé conçu grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée est né au Brésil

Première mondiale: Un bébé conçu grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée est né au Brésil
Source : LesInfos.ma
06/12/2018 09:40

Selon une étude publiée ce mercredi 5 décembre dans la revue The Lancet, le premier bébé conçu grâce à un utérus transplanté chez une femme infertile à partir d'une donneuse décédée est né au Brésil. Une révolution pour le traitement de l'infertilité.

Toutes les naissances sont des événements, mais celle enregistrée au Brésil, un an plus tôt, est une véritable première mondiale ! Une révolution scientifique qui porte de nombreux espoirs en matière de traitement contre l'infertilité. Et pour cause, le premier bébé conçu suite à une transplantation d'utérus issu d'une donneuse décédée est né, annonce la revue de référence The Lancet, ce mercredi 5 décembre.

L'Hôpital universitaire de São Paulo, qui a conduit la greffe en 2016, précise que sept mois après sa naissance, cette petite fille ainsi que sa mère étaient en parfaite santé. «Le recours à des donneurs décédés pourrait élargir considérablement l'accès à ce traitement, nos résultats apportent la preuve que cela peut fonctionner, pour offrir une nouvelle option aux femmes frappées par une infertilité d'origine utérine», a déclaré le Dr Dani Ejzenberg, à l'origine de cette étude, cité par The Lancet. Cette première naissance avec une greffe d'utérus, prélevé post-mortem, réussie en Amérique Latine démontre également tout les avantages que présentent cet acte par rapport à une greffe à partir d'un donneur vivant. Selon le Dr Srdjan Saso, du département obstétrique de l'Imperial College de Londres, relayé par l'AFP, cette expérience réussie « s'appuie sur un réservoir de donneurs potentiel plus vaste, coûte moins cher et évite les risques pour le donneur vivant ».

Son homologue le professeur Andrew Shennan, obstétricien à Kings College London, ira même plus loin en assurant que cette avancée «ouvre la voie au don d'utérus post-mortem, comme c'est le cas pour d'autres organes » ? Et de préciser que cela permettrait « aux femmes qui ne peuvent concevoir un bébé du fait d'un utérus défaillant de porter leur propre enfant, plutôt que de dépendre de donneurs vivants, ou de recourir à l'adoption ou à une mère porteuse ».

Conserver le greffon

Cette opération menée par l'équipe de l'Hôpital universitaire de São Paulo s'est déroulée en septembre 2016, sur une patiente âgée de 32 ans, frappée du syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser, qui se caractérise par une absence congénitale d'utérus. L'organe greffé provenait quant à lui d'une femme de 45 ans décédée d'un AVC et donneuse de plusieurs organes (cœur, foie et reins). « L'opération a duré au total 10h30 et a été suivie d'un traitement immunosuppresseur pour éviter le rejet du greffon. Cinq mois après la greffe, la patiente avait des règles normales. La grossesse est survenue après le premier transfert d'embryon unique (obtenu par fécondation in vitro) sept mois après la greffe.

La grossesse s'est déroulée sans encombre jusqu'à la naissance par césarienne à 36 semaines de gestation, le 15 décembre 2017. Les médecins ont préféré un accouchement légèrement prématuré par césarienne pour plus de sécurité. Le bébé pesait 2,550 kilos à la naissance et était en parfaite santé. L'utérus greffé a été retiré pendant la césarienne, de façon à arrêter le traitement immunosuppresseur, très lourd, et l'enfant et la maman ont quitté l'hôpital au bout de trois jours », précise l'AFP.

Selon cette même source, « c'est la première fois qu'une transplantation d'utérus à partir d'une donneuse décédée aboutit à une naissance. Depuis la première greffe d'utérus d'une donneuse vivante, en 2013 en Suède, 39 transplantations ont été opérées dans le monde, dont 11 ont conduit à une naissance. Toutes les greffes d'utérus prélevés post-mortem, soit une dizaine aux États-Unis, en République tchèque et en Turquie, avaient échoué avant cette première mondiale ».







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale