Le film suisso-marocain en compétition,"Une urgence ordinaire", une métaphore du Maroc en souffrance

Le film suisso-marocain en compétition,
Source : huffpostmaghreb.com
06/12/2018 09:02

Un drame dressant le portrait du Maroc d'aujourd'hui.

Jusqu’à samedi, et la remise de l’Étoile d’or, le jury du Festival international du film de Marrakech (FIFM), présidé par James Gray, enchaîne les projections au Palais des Congrès. En attendant de savoir lequel des 14 films en compétition officielle marquera cette 17ème édition, l’oeuvre suisso-marocaine du réalisateur Mohcine Besri, “Une urgence ordinaire”, a été présentée ce mercredi 5 décembre. Une journée également marquée par l’anniversaire de la réalisatrice Lynne Ramsay.

“C’est le moment où je devrais dire quelque chose d’intelligent, mais je ne trouve pas mes mots”. Invité sur scène avant la projection, Mohcine Besri est rejoint par toute son équipe: les acteurs du film, parmi lesquels Younes Bouab et Saïd Bey, sa chargée de production, la co-productrice et la productrice Lamia Chraibi. Ils sont tous accueillis par de vibrants applaudissements.

Après les remerciements de coutume, le réalisateur suisso-marocain, ému, a une pensée pour sa femme et ses enfants, qui l’ont “vu en coup de vent ces cinq dernières années”. Et, surtout, il adresse un message au Maroc. “Ce film est une lettre d’amour à mon pays. On peut critiquer quand on aime”.

L’hôpital, allégorie de toute la nation

Après “Les Mécréants”, le deuxième long-métrage du réalisateur dresse le portrait du Maroc d’aujourd’hui. Celui qu’on ne veut pas dire, qu’on subit, impuissants. Toute son oeuvre se passe à huis clos, dans un hôpital public de Casablanca. Une intrigue de seulement quelques jours. C’est tout ce dont avait besoin Mohcine Besri pour raconter un système de santé défectueux et ce Maroc difficile. A voir, à accepter et à faire évoluer. “Vous avez dû comprendre que cet hôpital, c’est une métaphore du Maroc en souffrance”, souligne le réalisateur. 

Dès les premières secondes du film, le ton est donné. “Une urgence ordinaire” s’ouvre sur Ali, un dépressif chronique, qui va sauter d’un pont. Sorti presque indemne de sa chute, il est pris en charge par les urgences et se retrouve dans un hôpital public de Casablanca...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale