Une haute responsable du géant chinois Huawei arrêtée au Canada

Une haute responsable du géant chinois Huawei arrêtée au Canada
Source : Lefigaro.fr
06/12/2018 11:00

Les États-Unis ont demandé l'extradition de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur de ce mastodonte des télécoms. De quoi relancer les tensions sino-américaines, en pleines négociations commerciales.

C'est un coup de tonnerre qui risque d'aggraver les tensions sino-américaines, alors que les deux pays se sont accordé une fragile trêve dans leur conflit commercial. La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, qui est également la fille du fondateur, a été arrêtée au Canada à la demande des États-Unis. Elle fait maintenant face à une demande d'extradition américaine, a déclaré mercredi le ministère canadien des affaires étrangères, sans fournir plus de détails. Meng Wanzhou, serait soupçonnée de violations de sanctions américaines contre l'Iran, selon des informations de presse. Cette annonce, qui fait craindre une reprise de la guerre commerciale, a fait chuter les bourses mondiales.

Cette femme de 41 ans, bien placée pour succéder à son père, Ren Zhengfei, à la tête du premier équipementier télécoms mondial et numéro deux sur le marché des smartphones, a été interpellée le 1er décembre à Vancouver. Soit le jour même où le président américain Donald Trump s'est engagé auprès de son homologue chinois Xi Jinping, au cours d'un dîner en marge du G20, à ne pas imposer de nouveaux droits de douane sur les biens chinois pendant 90 jours. Le temps de trouver un accord commercial.

Une enquête ouverte en 2016

La Chine a vivement protesté contre cette arrestation, réclamant, par la voix de son ambassade au Canada, la libération de cette citoyenne chinoise «n'ayant violé aucune loi». Huawei dit avoir reçu peu d'information concernant les charges pesant sur Meng Wanzhou et ne pas être au courant d'éventuels méfaits. Le groupe faisait l'objet d'une enquête depuis au moins 2016 de la justice américaine, avait appris l'agence Reuters en avril auprès de certaines sources.

Huawei n'est pas le seul à s'être attiré les foudres de Washington. ZTE, l'autre grand équipementier télécoms chinois, avait écopé en 2017 d'une lourde amende pour ne pas avoir respecté les sanctions contre l'Iran et la Corée du Nord. Estimant que l'entreprise n'avait pas entièrement tenu ses engagements, Washington a interdit cette année aux entreprises américaines de lui vendre des composants électroniques, la contraignant ainsi à cesser la majeure partie de ses activités. Ces restrictions ont finalement été levées cet été, après le paiement par ZTE d'une amende d'un milliard de dollars et d'un dépôt de garantie de 400 millions...







Tech/Médias Voir tous les articles
Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale