Des Sud-Coréens s’enferment dans une fausse prison pour échapper à leur vie

Des Sud-Coréens s’enferment dans une fausse prison pour échapper à leur vie
Source : Vice.com
11/12/2018 10:00

Dans un pays où les heures de travail sont interminables et le taux de suicide élevé, cela pourrait sauver des milliers de vies.

Depuis quelques mois, des Sud-Coréens se tournent vers la prison comme échappatoire. Depuis 2013, plus de 2 000 personnes se sont inscrites à l’établissement Prison Inside Me à Hongcheon, dans le nord-est du pays – une fausse prison qui imite l’expérience abrutissante de l’incarcération.

Selon Reuters, les « détenus » de Prison Inside Me se font confisquer leur téléphone et se voient remettre un uniforme bleu, un tapis de yoga, un service à thé, un stylo et un cahier. Ils ne sont pas autorisés à se parler entre eux et on leur sert des repas très basiques qui incluent le strict minimum : une bouillie de riz au petit-déjeuner et une patate douce cuite à la vapeur pour le dîner.

Tout cela est facultatif, et une grande partie des clients de l’établissement se compose d’employés de bureau et d’étudiants à la recherche d’un week-end bien loin de la culture du travail intensif de Corée du Sud. Dans un pays où les heures de travail sont longues et le taux de suicide élevé, cela pourrait sauver des milliers de vies.

En moyenne, l’employé coréen a travaillé 2027 heures en 2017, selon un sondage de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) - ce qui fait de lui le troisième au monde à travailler le plus longtemps, derrière les employés mexicain et costaricien. C’est une culture hyper-compétitive de l’école et du travail que le Berkeley Political Review a récemment décrite comme « fatalement nocive », et les experts pensent qu’elle contribue au taux élevés de stress et de suicide dans tout le pays. Selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) datant de 2017, la Corée du Sud a le deuxième taux de suicide le plus élevé au monde, avec une moyenne de 28,3 personnes sur 100 000 qui se sont ôté la vie en 2015.

C’est de cette culture de cocotte-minute qu’est né l’établissement Prison Inside Me. Noh Ji-Hyang, co-fondatrice, dit que son mari lui a inspiré l’idée de cette fausse prison : ce procureur était souvent forcé à travailler 100 heures par semaine...




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale