#Exclu Affaire Lamjarred : Que s’est-il réellement passé la nuit du viol présumé de Laura Prioul ?

#Exclu Affaire Lamjarred : Que s’est-il réellement passé la nuit du viol présumé de Laura Prioul ?
Source : LesInfos.ma
11/12/2018 16:15

Nous avons pu interroger des sources proches du dossier et consulter des documents qui retracent la nuit du viol présumé, les auditions des deux partis et les conclusions de l’expertise médicale. Ce qui en ressort est édifiant.

Depuis la première arrestation du chanteur marocain le 26 octobre 2016 à Paris suite à la plainte pour « agression sexuelle avec violence » déposée par la jeune française Laura Prioul, l’affaire de Saad Lamjarred suscite beaucoup d’intérêt et est au cœur de plusieurs rumeurs. Nous avons pu retracer le déroulé de la nuit du viol présumé à l’aide de plusieurs sources proches du dossier et de documents que nous avons pu consulter, ainsi que les auditions des deux partis et le rapport de l’expertise médicale. Les conclusions tirées pourraient être accablantes pour le chanteur.

Des faits corroborés par l’expertise médicale

Selon des sources proches du dossier et les documents que nous avons pu consulter, Laura Prioul et Saad Lamjarred étaient sur le sol de la chambre de ce dernier et s’embrassaient. « Quelques instants plus tard, l’accusé l’a poussée de sorte à ce qu’elle s’allonge sur le sol. Il s’est ensuite placé sur elle à califourchon, l’a attrapée par les cheveux pour la déplacer et la tête de la plaignante a cogné la porte de la penderie. Continuant de lui tenir les cheveux, il a tenté de retirer son tee-shirt et n’y parvenant pas, il lui a alors ordonné de le faire (…) » détaille l’un des documents. « Toujours à califourchon, l’accusé a voulu descendre le jeans de la plaignante avec ses pieds en se couchant sur elle. Elle s’est débattue. Il lui a donné un premier coup de poing sur le côté gauche du visage. Alors qu’elle était en sous-vêtements, il s’est lui-même déshabillé pour se retrouver en caleçon », poursuit la même source. « (…) Il a décalé sa culotte sur le côté. Couché sur elle, il a introduit un doigt dans les parties génitales de la plaignante, puis son sexe de manière incomplète et sans va-et-vient (…). Elle est parvenue à pousser l’accusé sur le côté et l’a mordu sur le flanc pour se dégager. Il lui a à nouveau asséné un coup de poing au niveau de la lèvre, l’a gifflée puis s’est arrêté », détaille le document en insistant sur le fait que tout au long des faits, Laura Prioul a « demandé et supplié Saad Lamjarred d’arrêter ».
Les conclusions médicales corroborent les faits. Ainsi, l’examen gynécologique - qui a conclu que les constatations sont compatibles avec les déclarations de la plaignante - indique « plusieurs lésions dues à un rapport sexuel récent ». L’examen somatique de son côté a confirmé la concordance des ecchymoses et tuméfactions sur le corps de Laura Prioul avec sa version des faits. L’expertise médicale a par ailleurs révélé la présence de l’ADN du chanteur « sur la face interne de l’entrejambe de la plaignante ».

Des témoignages accablants

Quand Laura Prioul a réussi à prendre la fuite de la chambre du chanteur, les deux témoins qui l’ont croisée dans le couloir - avant qu’elle n’aille se réfugier dans une chambre de l’hôtel où le viol présumé a eu lieu -, ont affirmé aux enquêteurs que la jeune femme était « paniquée, en pleurs, choquée, les vêtements déchirés et le visage tuméfié et a dénoncé dès les premiers instants des faits de viol ». L’état de choc de la plaignante « continuellement en pleurs, très choquée et très désorientée », a aussi été constaté par les agents de police qui ont procédé à l’arrestation de Saad Lamjarred.
Un employé de l’hôtel indiquera aussi avoir croisé Saad Lamjarred et que ce dernier lui a déclaré « No Proof (« Pas de preuves », NDLR) », avec «un petit sourire», souligne cette même source. « Interrogé, Saad Lamjarred reconnaitra dans un premier temps avoir prononcé ces mots, avant de se rétracter lors de la même audition », précise le document.

Les changements de version de Saad Lamjarred

Des sources proches du dossier affirment que Saad Lamjarred a changé de version à maintes reprises « au fur et à mesure de sa prise de connaissance des conclusions des examens médicaux et scientifiques ». Ainsi, selon l’un des documents, lors de la première audition du chanteur alors en garde à vue, Saad Lamjarred a réfuté l’agression physique de Laura Prioul et précisé qu’il n’a échangé avec elle « que des baisers sur la joue, les lèvres et le cou ». Et c’est là que le bât blesse. Comme spécifié précédemment, les conclusions médicales confirmaient la version de Laura Prioul, dont les blessures correspondaient à l’agression telle qu’elle a été décrite par la jeune femme.
Lors de la seconde audition, Saad Lamjarred expliquera que « alors qu’ils s’embrassaient assis sur le sol de la chambre, Laura Prioul a soudainement changé de comportement – sans y apporter une explication – et l’a giflé. Lui-même ne la frappant aucunement, il a simplement repoussé son visage ». « Ce qui est toujours en contradiction avec les constatations faites sur le corps et la tête de la jeune femme », précisent les mêmes sources.
Lors de sa troisième audition, le chanteur a refusé de soulever son tee-shirt pour montrer son flanc aux enquêteurs où la plaignante avait indiqué l’avoir mordu.
Enfin, durant l’instruction, lors des interrogatoires, la version des faits de Saad Lamjarred a encore une fois « évolué », ce dernier ayant finalement déclaré avoir embrassé Laura Prioul partout sur son corps pour tenter d’expliquer son ADN sur la face interne de l’entrejambe de la jeune femme.

Un verdict clément ?

Malgré ces éléments, Saad Lamjarred pourrait bien se soustraire à un procès devant la Cour d’assises puisque la justice a décidé de requalifier les faits de « viol » en « atteintes sexuelles ». Et pour cause, le Procureur de la République estime que les éléments médicaux « ne permettent pas d’établir avec certitude la matérialité des actes de viol ». Mais cette décision n’est pas encore actée, comme l’avaient précisé – à tort – certains médias. La requalification ou non des charges qui pèsent sur le chanteur sera tranchée au cours du mois de janvier. Si la justice décide que le procès se tiendra devant la Cour d’assises, le chanteur sera jugé pour crime et encourra jusqu’à vingt ans d’emprisonnement. A contrario, s’il est définitivement décidé de requalifier le « viol » en « atteinte sexuelle », le procès se tiendra alors devant le tribunal correctionnel et Saad Lamjarred sera jugé pour délit. Il encourra alors une peine allant jusqu’à cinq d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale