Arabie Saoudite : Les femmes seront désormais averties de leur divorce par SMS !

Arabie Saoudite : Les femmes seront désormais averties de leur divorce par SMS !
Source : LesInfos.ma
07/01/2019 11:15

Alors que les hommes pouvaient jusqu’à présent mettre fin à leur mariage sans en informer leurs épouses, une nouvelle réglementation assez insolite oblige depuis ce dimanche les tribunaux de notifier aux femmes par SMS les changements de leur statut matrimonial. Une nouvelle évolution des droits des femmes dans le royaume wahhabite ? Pas tant que ça…

Avant, les Saoudiens pouvaient divorcer dans le secret total sans même en informer leurs épouses, mais cette pratique appartient désormais au passé. Depuis son entrée en vigueur ce 6 janvier, une nouvelle loi impose aux tribunaux l’envoi de textos aux femmes concernées par un changement de leur statut matrimonial afin de les en informer. « Les femmes seront notifiées de tout changement concernant leur statut matrimonial via un message SMS », a indiqué le ministère de la Justice saoudien dans un communiqué diffusé sur plusieurs médias locaux. « Les femmes concernées pourront consulter des documents liés à la rupture de leur contrat de mariage via le site internet du ministère », a précisé la même source.

Une « évolution » en demi-teinte des droits des Saoudiennes

Cette nouvelle mesure, assez insolite et qui fait jaser partout dans le monde, intervient alors que le très sulfureux prince héritier Mohammed Ben Salmane (MBS) a entamé, depuis son accession au pouvoir, plusieurs réformes économiques, sociales et religieuses dans un pays ultraconservateur et particulièrement sévère avec les femmes. Ainsi, trois mois après avoir évincé son cousin Mohammed Ben Nayef de la « course » au trône, en décrochant le statut de prince héritier, en septembre 2017, MBS a annoncé la levée de l’interdiction faite aux femmes de conduire. Une sorte de « révolution » dans ce pays qui était jusqu’alors le seul dans le monde à appliquer cette règle, mais aussi un joli coup de publicité à l’international pour ce prince qui, sous ses airs de réformiste, avait fait arrêter un mois auparavant une dizaine de personnalités et militants pour les droits des femmes qui réclamaient justement ce « privilège ». Riyad les accuse alors de « traîtrise » au royaume et d’avoir entretenu « des contacts suspects avec des parties étrangères », apporté un soutien financier à « des éléments hostiles à l’étranger » et tenté de « porter atteinte à la sécurité et la stabilité du royaume ».

Dans la foulée, les Saoudiennes ont pu célébrer les fêtes nationales mêlées aux hommes et les stades de football vont désormais leur ouvrir les portes, alors même qu’elles étaient bannies des tribunes. Mais cette dernière avancée n’est pas sans conditions. En effet, les Saoudiennes pourront assister aux matchs et autres prestations culturelles dans les stades mais pas partout : seules trois enceintes leur seront autorisées, notamment à Riyad, Djeddah et Dammam.
Aussi, et dans le cadre de la Vision 2030 amorcée par MBS qui prévoit une augmentation de 30% de la participation des Saoudiennes dans la vie économique du pays, les femmes pourront aussi travailler dans le domaine de la restauration… mais uniquement dans 16 restaurants du pays. Une évolution certes, mais qui ne réduira pas de si tôt le taux de chômage auquel sont confrontées les Saoudiennes et qui s’élève à 33% alors que celui de la population active est de 12%.

Si la prise du pouvoir du très controversé MBS semble sur le papier donner plus de droits aux femmes, ces « privilèges » n'en demeurent pas moins verrouillés par nombre de conditions. Aujourd’hui encore, les femmes n’ont pas le droit de se marier, de divorcer, ouvrir un compte bancaire, trouver un emploi ou même subir une intervention chirurgicale sans l’aval de leurs tuteurs masculins qui peuvent être le père, le mari, le frère ou même le fils. Devant la justice, les femmes du royaume wahhabite au même titre que les Marocaines d’ailleurs, sont tout aussi lésées. Leur témoignage vaut la moitié de celui d’un homme, au même titre que la valeur de leur héritage.

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus

Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale