Les terroristes d’Imlil envisageaient d’attaquer d’autres cibles

Les terroristes d’Imlil envisageaient d’attaquer d’autres cibles
Source : LesInfos.ma
16/01/2019 16:15

L’enquête de la BCIJ a révélé que les terroristes qui ont assassiné les deux touristes scandinaves en décembre dernier à Imlil avaient programmé d’autres attaques sur le territoire marocain, dont l'une dirigée sur l’église de Marrakech.

Un mois après le drame d’Imlil, l’enquête des éléments du Bureau Central d’Investigation Judiciaire (BCIJ) semble porter ses fruits. En effet, Abdelhak Khiame, le directeur du BCIJ, a fait des révélations pour le moins fracassantes à l’agence de presse espagnole « EFE ».


Dans cette interview, on apprend notamment que la cellule terroriste démantelée après l'assassinat des deux touristes scandinaves en décembre dernier était « une grande structure » qui avait des liens avec l'État islamique. Toutefois, si Abdelhak Khiame se dit convaincu que les 22 personnes détenues dans le cadre de cette affaire n’avaient aucun lien « direct » avec ce qu’il appelle « les éléments opérationnels de l’État Islamique », il précise néanmoins que Kevin Zoller Guervos – un Espagnol arrêté quelques jours après le drame d’Imlil – était le seul lien entre les Marocains et l’EI. En effet, Kevin Zoller Guervos, alias Abdullah, était en contact avec Daech « par l’intermédiaire d’un ami membre d’une cellule du groupe jihadiste au Kosovo », précise le patron de la BCIJ. C’est lui qui a ensuite pris en main la cellule, via la messagerie cryptée Telegram, même s’il n’a pas eu de rôle direct lors de l’assassinat de Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen, mais avant tout, c’est bel et bien lui qui a défini les cibles de la cellule. Et parmi les objectifs figuraient l’église de Marrakech (l’église des saints martyrs), un pèlerinage sur la tombe d'un saint juif de la ville d'Essaouira et le festival de musique Gnaoua de la même ville. En outre, la cellule prévoyait de commettre des attaques « faciles » avec des voitures béliers, une sorte de marque de fabrique de l’État Islamique, comme cela avait été le cas lors des nombreux attentats qui ont secoué l’Europe ces derniers années.


Les trois pièces maîtresses de la cellule terroriste

Trois éléments se distinguent dans la cellule démantelée : le premier est un ancien imam extrémiste qui officiait dans ce qu'Abdelhak Khiame appelle « une mosquée anarchique » dans un village de la banlieue de Marrakech. Par le passé, il avait eu des conflits avec les autorités parce qu’il refusait de se conformer aux directives du ministère des Affaires religieuses. Le deuxième est Kevin Zoller Guervos connu aussi sous le nom d'Abdullah. Ce dernier, âgé de 25 ans et vivant à Marrakech avec sa femme et sa fille depuis 2015, avait tenté de rejoindre les rangs de Daech en Syrie, avant de se raviser et de faire finalement sa « hijra » (émigration islamique) au Maroc. Arrivé au Royaume, il a été mis en contact avec l'imam radical et ont organisé ensemble « plusieurs réunions clandestines » au cours desquelles ils ont développé leur idée de « takfirisme », la version radicale de l'islam qui n'accepte que leurs croyances et « condamne » les versions modérées de l'islam. 


Le troisième élément capital est « l'émir » de la cellule et le meurtrier présumé des touristes, qui avait prêté allégeance à Daech dans une vidéo. Arrêté en 2014 à l'aéroport de Casablanca alors qu'il entreprenait un voyage pour rejoindre le Jihad en Syrie, il avait purgé une peine d'un an de prison, durant laquelle il avait entretenu des liens avec d’autres jihadistes détenus en même temps que lui. 


Si les failles du système – à savoir : la persistance de « mosquées archaïques » et la cohabitation des jihadistes dans les prisons – posent un véritables problèmes, Abdelhak Khiame, lui, voit les choses sous un autre angle. Pour le patron de la BCIJ, le problème viendrait davantage de ce « nouveau terrorisme » exercé par l’État Islamique qui privilégie la communication par internet au profit de tout autre canal d'échanges.




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale