Prothèses mammaires: près d'une quinzaine de femmes saisissent la justice

Prothèses mammaires: près d'une quinzaine de femmes saisissent la justice
Source : Lefigaro.fr
07/02/2019 09:00

Victimes de problèmes de santé liés aux prothèses, elles portent plainte pour «mise en danger de la vie d'autrui» ou «blessures involontaires» et «tromperie aggravées»

L'affaire des implants mammaires texturés prend une tournure judiciaire. Près d'une quinzaine de femmes, porteuses de ces prothèses et ayant rencontré de graves problèmes de santé, saisissent la justice ces mercredi 6 et jeudi 7 février, rapportent nos confrères du Monde et de France Info. Dans le collimateur des plaignantes, qui souffrent pour un certain nombre d'entre elles d'un cancer: les fabricants de prothèses et l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Contactés ce jeudi matin, les parquets de Paris et de Marseille n'ont pas encore donné suite à nos sollicitations.

La plupart des plaintes vont être déposées ce jeudi pour des délits de «tromperie aggravée» et de «blessures involontaires». Parmi les cas les plus emblématiques, Le Monde cite celui de Laeticia, 42 ans, aujourd'hui handicapée à 80%, qui est sous chimiothérapie. Celle-ci s'est fait poser en 2007 des implants mammaires fabriqués par le laboratoire Allergan mais en 2016, un accident de travail au cours duquel une caisse heurte son sein gauche l'oblige à consulter. À l'examen, les médecins remarquent que sa prothèse est rompue et que du silicone s'est répandu dans son corps. On lui retire en urgence ses implants mais peu de temps après on lui diagnostique un LAGC. Comprendre: un Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules, c'est-à-dire un cancer lié aux prothèses, une tumeur très rare. En novembre dernier, l'ANSM dénombrait 53 femmes dans ce cas-là en France.

Interrogé par Le Monde, son avocat Me Emmanuel Molina assure que sa cliente n'a jamais été informée de tels risques et qu'il «est tout à fait anormal que survienne une rupture de prothèse mammaire à la suite d'un choc banal, non violent». Et même dans ce cas, «le produit n'a pas vocation à provoquer quelque pathologie que ce soit», ajoute cet avocat qui représente 11 victimes. À Paris, deux femmes ont également déposé plainte mercredi auprès du parquet pour «mise en danger d'autrui». Toujours selon le quotidien du soir, ces plaintes visent le laboratoire Allergan et l'agence du médicament.

Ces plaintes interviennent à un moment où l'agence nationale du médicament tente de réévaluer la sûreté de ces prothèses et organise deux journées consacrées à «la place et l'utilisation des implants mammaires texturés en chirurgie esthétique et reconstructrice». Un comité d'experts indépendants est chargé d'auditionner des patientes et des professionnels de santé sur ce sujet. Au cœur des débats, la texture de ces prothèses qui pourraient présenter un risque de cancer, selon 20 Minutes . À l'issue, ce comité qui retransmet ces auditions en direct sur YouTube devra émettre un avis...

 

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale