Elections au Nigeria : la jeunesse en marge du jeu politique

Elections au Nigeria : la jeunesse en marge du jeu politique
Source : lemonde.fr Afrique
08/02/2019 10:00

Les 18-35 ans représentent 51 % des inscrits, mais beaucoup d’entre eux, désabusés, n’iront pas voter le 16 février.

Ils sont le Nigeria mais ne le font pas : alors que les moins de 25 ans représentent 60 % de la population, la nouvelle génération reste largement exclue du jeu politique de la première économie d’Afrique, dominé par une élite vieillissante. L’élection présidentielle, samedi 16 février, se jouera principalement entre deux septuagénaires rompus aux arcanes politiques. Le chef d’Etat sortant, Muhammadu Buhari, 76 ans, qui occupa déjà le fauteuil présidentiel à la faveur d’un coup d’Etat dans les années 1980 avant d’être élu en 2015, affrontera Atiku Abubakar, 72 ans, ancien vice-président entre 1999 et 2007.

« Ce sont toujours les mêmes mensonges, la même corruption, rien ne change pour nous », s’énerve un vendeur de rue, Femi Edu, à propos des politiciens qui se partagent le pouvoir depuis l’avènement de la démocratie il y a vingt ans. Il n’ira pas voter. « Tout ce qu’on veut c’est du boulot, mais même ça ils ne sont pas capables de nous le donner ! », dit à l’AFP ce chômeur de 19 ans qui, comme des millions de compatriotes, vivote grâce au secteur informel.

 

« La politique, c’est sale »

C’est la première fois que la génération née après les dictatures militaires post-indépendance (1966-1999) peut s’exprimer dans les urnes pour élire son président, ainsi que ses futurs députés et gouverneurs. Cette année, les 18-35 ans représentent le principal bloc au sein de l’électorat, avec 51 % des inscrits (43 millions), et sont très courtisés par les candidats, sur les réseaux sociaux comme à la télévision. Mais beaucoup, comme Femi Edu, ne croient plus aux promesses de redresser le géant aux pieds d’argile gangrené par la corruption et qui, malgré les immenses richesses tirées du pétrole, peine à fournir le minimum vital à ses 190 millions d’habitants.

« La politique, c’est sale : voilà ce que pensent les jeunes. Ils ont l’impression que leur vote ne compte pas », explique la chanteuse Celeste Ojatula, 24 ans, qui participe au programme Voice2rep lancé par la société civile pour inciter les jeunes Nigérians à voter. Avec une dizaine d’autres artistes, elle a participé à trois grands concerts de rap et d’afrobeats, gratuits à condition de présenter sa carte d’électeur. « La plupart cherchent juste à partir loin d’ici, faire des études au Canada et avoir une meilleure vie, renchérit une autre chanteuse, Chioma Ogbonna, 30 ans. C’est pour ça que les jeunes s’inscrivent sur les listes électorales. La carte d’électeur, ça sert surtout à obtenir un visa ou à ouvrir un compte en banque ! »

Selon l’éditorialiste politique Tabia Princewill, la jeunesse éduquée et urbaine partage largement cette désillusion. « Ceux qui votent, ce sont les plus pauvres, qui sont tout en bas de l’échelle sociale. Parce qu’ils ont le ventre vide, il suffit de leur donner un sac de riz et ils vous donnent leur voix, explique-t-elle. Il faudra encore une ou deux générations pour que les choses changent vraiment. »...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale