Doodle : Friedlieb Ferdinand Runge, le découvreur de la caféine

Doodle : Friedlieb Ferdinand Runge, le découvreur de la caféine
Source : Sciencesetavenir.fr
08/02/2019 12:06

Google met à l'honneur dans son doodle du 8 février 2019 le chimiste allemand qui identifia la molécule de caféine. 225 ans après la naissance de Friedlieb Ferdinand Runge, le breuvage du matin continue à intriguer les scientifiques...

La journée mondiale du café ? Non, pas vraiment. Mais un peu tout de même, puisque Google a fait de l'Allemand Friedlieb Ferdinand Runge son doodle du 8 février 2019. Le rouleau compresseur de Mountain view porte ainsi les projecteurs sur ce chimiste qui découvrit la molécule de caféine (qui existe bel et bien, contrairement à "la molécule du vin"). Molécule qui, 225 après la naissance de Friedlieb Ferdinand Runge, continue d'intriguer les scientifiques, et d'exciter les consommateurs...

ET LES ABEILLES ? Dans un article du magazine La Recherche (numéro 520, daté février 2017) que vous pouvez lire en intégralité en ligne, les écologues Cédric Gaucherel et Charlotte Pavegeau expliquaient que les abeilles sauvages Apis dorsata sont très sensibles aux changements de leur habitat. Sa bonne gestion revêt alors un rôle direct dans la pollinisation des caféiers. Et les scientifiques de chiffrer que la production de café "serait réduite de 20% si les abeilles venaient à disparaître".

Un gène de résistance à la caféine ?

Ainsi, dans un article du 20 janvier 2017, Sciences et Avenir revenait sur le récent séquençage du génome des deux espèces de caféiers les plus cultivés dans le monde : Coffea arabica (plus de 70% de la production mondiale) et Coffea anephora. De quoi mieux comprendre les gènes associés au goût du café, mais aussi apprendre à produire des variétés plus résistantes, notamment au réchauffement climatique... À l'autre bout de la chaîne, les biologistes s'intéressent aussi aux gènes des consommateurs de café. Dans une publication de Scientific Report du 25 août 2016, une équipe de chercheurs italiens, néerlandais et écossais propose l'identification d'un gène qui serait celui de la tolérance à la caféine. L'expression de ce gène pourrait expliquer la façon dont les consommateurs métabolisent la caféine. Et pourquoi certains peuvent s'envoyer un petit noir à 22 heures pour ensuite s'endormir tranquillement, quand d'autre feront nuit blanche après un allongé siroté dans l'après-midi...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale