Cancer du sein: Le port du soutien-gorge pointé du doigt, à tort ?

Cancer du sein: Le port du soutien-gorge pointé du doigt, à tort ?
Source : 2M.ma
09/02/2019 17:00

Y’aurait-il un réel lien de causalité entre le port du soutien gorge et le cancer du sein ?

Après le mouvement de libération des femmes dans les années 1970 qui appelait à brûler les soutiens gorges, la question ressurgit dans les années 2000 aux États-Unis : alors qu’il fait partie intégrante du quotidien de – presque – toutes les femmes, le port du soutien gorge est soupçonné, selon certaines études, d’augmenter les risques de cancer du sein. Tentons de démêler le vrai du faux.

L’auteur de l'ouvrage Dressed to Kill, médecin anthropologue et chercheur américain, désigne le soutien-gorge comme un facteur décisif dans la formation de fibroses, kystes et cancers. Son argumentation repose sur le postulat que les bretelles et surtout la ceinture thoracique des soutiens-gorges exercent une contrition qui entrave la circulation lymphatique et conduirait à son engorgement, et à terme, son empoisonnement.

Son étude a porté sur 4 730 femmes, dont 2 056 étaient en traitement pour un cancer du sein, et suggère que celles qui portent leur soutien-gorge 12 heures par jour voient leur risque de développer un cancer du sein augmenter considérablement, alors qu’à l’inverse, les femmes qui n’en portent pas ou de façon sporadique sont très peu exposées. Par ailleurs, 18% des femmes touchées portaient un soutien-gorge la nuit, contre 3% parmi celles qui s’abstiennent.

Un Médecin britannique révèle à son tour que les femmes qui conserveraient collée contre leurs poitrines cette lingerie durant toute la journée sont beaucoup plus susceptibles de développer un cancer du sein par rapport à celles qui n’en portent que rarement ou à des temps limités ou raisonnables. Et ce pour les mêmes raisons énoncés par son homologue américain. Le soutien-gorge exercerait une trop grande pression sur les ganglions lymphatiques, provoquant finalement des œdèmes, des processus inflammatoires chroniques. En plus de cela, l’inexpérience des femmes et leurs mauvaises habitudes d’achat pourraient avoir des conséquences néfastes sur leur santé.

Néanmoins les avis dans le domaine médical restent mitigés. La société canadienne du cancer par exemple réfute la thèse et assure qu’il n'existe aucune preuve scientifique sérieuse démontrant un lien entre le soutien-gorge à armature – ou tout autre type de soutien-gorge – et le cancer du sein. Une autre étude américaine menée dans la région de Seattle est arrivée elle aussi à la conclusion que le port de ce sous - vêtement n’augmenterait en aucun cas le risque de cancer du sein.

2m.ma a mené son enquête auprès de certains spécialistes marocains afin de lever le voile sur ce mystère. Selon le docteur Mohtaram Amina, oncologue au CHU Mohammed VI de Marrakech, il n’existerait aucun lien scientifiquement prouvé reliant cette lingerie à l’apparition d’un carcinome du sein. « Les facteurs à risque sont entre autres l’hérédité, la sédentarité, une alimentation déséquilibrée ou encore l’obésité. » ajoute la cancérologue...

Recherche
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo Plus

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale