Les abeilles savent compter !

Les abeilles savent compter !
Source : Sciencesetavenir.fr
11/02/2019 09:06

Les opérations mathématiques sont à la portée des abeilles, qui peuvent apprendre à additionner et soustraire, ont montré des scientifiques français et australiens.

Réaliser une addition ou une soustraction est un exercice complexe, explique le professeur Adrian Dyer de l'Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT). Les opérations arithmétiques sollicitent la mémoire à long terme, pour se souvenir des règles de calcul, et la mémoire à court terme, pour retenir les nombres utilisés. Les chercheurs savaient déjà que certains animaux pouvaient apprendre à calculer : des primates d'après l'étude de Margaret Livingstone publiée dans PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) et même des oiseaux a montré Damian Scarf dans Science. Des études précédentes ont montré que malgré la petite taille de leur cerveau, les abeilles comprenaient le concept de zéro. Mais savent-elles pour autant faire des opérations complexes ?

Les travaux des chercheurs de l'Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT) et de l'Université de Toulouse montrent que les abeilles peuvent effectivement appréhender les opérations mathématiques. Dans un article publié le 6 février 2019 dans Science Advances, l'équipe dirigée par Scarlett Howard, membre du CNRS à l'Université Toulouse III – Paul Sabatier, explique avoir entraîné les insectes à réaliser additions et soustractions avec des nombres inférieurs à cinq.

Additions et soustractions sont symbolisées par des couleurs

L'équipe du RMIT a mis en place un labyrinthe en forme de Y, auquel l'abeille peut accéder librement. Chaque fois qu'elle entre dans le labyrinthe, l'abeille est exposée à un stimulus de couleur.

 

Des formes géométriques (entre 1 et 5) sont projetées devant l'abeille. Si les formes sont de couleur bleue, l'abeille doit ajouter une unité au nombre de formes affichées, si elles sont jaunes, elle doit soustraire une unité. Par exemple, si elle voit 3 formes de couleur jaune, l'abeille doit en déduire que la bonne réponse est 3 -1 = 2. Elle devra donc par la suite choisir le tunnel à l'entrée duquel deux formes seulement sont affichées.  

Chaque fois qu'ils soumettent un nouveau calcul à une abeille, les chercheurs utilisent des formes géométriques différentes. Cela permet d'éviter que l'abeille puisse résoudre le problème grâce à d'autres indices, par exemple en tentant de mesurer la longueur des formes. La seule information qui peut être utilisée est le nombre de formes...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale