Attentat d’Imlil : La presse suisse émet des doutes sur l’implication de Kevin Zoller Cuervos

Attentat d’Imlil : La presse suisse émet des doutes sur l’implication de Kevin Zoller Cuervos
Source : LesInfos.ma
13/02/2019 11:20

Le profil de Kevin Zoller Cuervos, accusé d’être l’un des instigateurs du meurtre des deux touristes scandinaves en décembre à Imlil, « cadre mal avec celui d’un jihadiste de l’Etat islamique » lance le journal helvétique Le Temps. La Suisse mène de son côté sa propre enquête sur son ressortissant. 

Jugeant les conclusions de l’enquête des autorités marocaines « hâtives », le journal suisse Le Temps a mené ses investigations à Marrakech comme à Genève pour dresser le portrait de Kevin Zoller Cuervos – accusé d’être l’un des instigateurs du meurtre des deux randonneuses scandinaves à Imlil -, tout en pointant du doigt « les incohérences » dans le dossier du Suisse de 25 ans, qui mineraient les accusations du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ).

« Ca ne peut pas être lui »

Le 29 décembre, soit deux semaines après l’assassinat des deux touristes scandinaves à Imlil, Kevin Zoller Cuervos est interpellé et placé en détention. Pourtant, précise Le Temps, il est acquis que ce dernier ne se trouvait pas au Maroc au moment des faits (le 16 décembre, NDLR), mais en Suisse. Fatima, son épouse, qui s’est longuement entretenue avec le journal suisse, explique avoir conservé réservations, quittances et reçus qui attestent des dates de leur voyage. « Nous sommes partis une semaine à Genève, juste avant Noël, pour y retrouver ma belle-mère, chez qui nous habitons. S’il avait trempé dans une affaire criminelle, il n’avait aucune raison de rentrer au Maroc pour risquer de se faire arrêter », explique son épouse, tout en montrant aux journalistes les gros titres de la presse suisse accusant son mari d’être un criminel. «Tous ceux qui le connaissent savent que ça ne peut pas être lui. Je vis un cauchemar, j’espère que les autorités vont vite réaliser qu’elles se sont trompées ».
Toutefois, il est établi que Kévin Zoller Cuervos entretenait des relations avec « l’émir » de la cellule terroriste, le dénommé Abdessamad Ejjoud, avec lequel il aurait en réalité « seulement partagé des parties de paintball dans la ville ocre ». Son épouse, qui a également participé à ces sorties selon ses déclarations, explique au journal suisse : « Kevin a des problèmes de concentration, il s’ennuie très vite. Ce jeu le divertissait. Il s’est rendu au club de paintball avec son oncle, sa sœur, son meilleur ami suisse, Ramad, un copain camerounais qui vit ici, et aussi, une seule fois, avec Abdessamad ». Et c’est par le biais d’un imam avec lequel le Suisse avait sympathisé en 2016 qu’il a rencontré Abdessamad et d’autres accusés qu’il a fréquentés à « quelques » occasions. « Mais il (Abdessamad Ejjouj, NDLR) n’est venu qu’une seule fois à la maison pour la fête après la naissance de notre fils. Kevin et lui ne se voyaient que rarement et ont cessé de se fréquenter vers l’été 2017, quand mon mari a compris que c’étaient de mauvaises fréquentations », assure son épouse.

Réformé de l'armée

Ramad, un ami proche du Suisse, confirme quant à lui au journal que les liens entre Kevin et Abdessamad s’étaient « distendus ». Originaire du Cameroun, Ramad a cherché à traverser le détroit de Gibraltar pour se rendre en Europe. C’est à cette période qu’il rencontre Kevin qui vit dans une bulle, centré autour de son couple. Les deux hommes manquent de compagnie, ils sont étrangers et se lient d’amitié autour d’une passion commune : le football. Ils jouent ensemble et surtout regardent les matchs au stade ou à la télé.
Ramad devient aussi une sorte de confident : « Il m’a soutenu lorsque j’étais victime de racisme. Toujours calme, il me disait de ne pas m’énerver. On se voyait au café, toujours le même, en face du McDonald’s de la route de Casa, pour regarder des matchs et fumer des joints. Pour qu’il y ait un enjeu, on faisait des paris sur le vainqueur. Lui soutenait le Raja de Casablanca ». Mais Kevin Zoller Cuervos est soupçonné aussi d’avoir tenté de recruter des jihadistes subsahariens et de nouer des contacts avec Boko Haram. « Je suis le seul Noir parmi les connaissances de Kevin, mais je ne suis même pas musulman. Ce serait absurde que la police me suspecte d’être un jihadiste. D’ailleurs, ils ne m’ont pas convoqué ni interrogé », explique-t-il aux journalistes.
Du côté de Me Salhi, l’avocat du Suisse, Kevin Zoller Cuervos ne nie pas tout. « Oui, il connaissait Abdessamad. Oui, il a regardé les vidéos que ce dernier lui montrait, en a peut-être partagé d’autres, mais non il ne faisait pas partie d’une bande terroriste et n’a pas trempé dans leurs activités criminelles », a-t-il martelé. Selon l’avocat, les faits que Kevin a d’emblée reconnus ont été interprétés à l’aune des accusations portées contre lui par les principaux suspects. « Ainsi une banale partie de paintball serait devenue un entraînement au tir, alors même que Kevin, réformé de l’armée, ne connaît rien aux armes à feu. Et faisant preuve d’imagination, un des accusateurs a peut-être fait passer Ramad pour un contact chez Boko Haram », explique l’avocat.

Parole contre parole

« L’emploi du temps de mon mari et ses habitudes peuvent être facilement vérifiés », s’insurge son épouse. « Il n’a pas de tablette, ni d’ordinateur, n’utilise aucune application pour les réseaux sociaux à part WhatsApp pour parler à sa famille. Le quotidien de Kevin est réglé comme du papier à musique et ne laisse guère de temps pour comploter. Il se lève trop tard pour la première prière du matin, fait les autres chez lui, sur un petit tapis. Parfois, le vendredi, il se rend à la mosquée de son quartier pour la grande prière ».
Tous les jours, à 14h30, durant la sieste du petit, il s’absente pour aller sur la terrasse d’un café, toujours le même. Là il fume, regarde la télé ou passe un coup de téléphone à sa sœur : « Nous parlons presque tous les jours », explique cette dernière aux journalistes, « et je peux voir le même décor chaque fois ».
Selon Le Temps, la police marocaine s’est montrée très efficace pour retrouver les suspects, elle a recueilli leurs témoignages mais n’a pas effectué d’enquête de voisinage ou de vérification. « Je n’ai pas été interrogée et mon téléphone n’a pas été contrôlé », s’étonne Fatima. En revanche, la police fédérale suisse s’est fait remettre le téléphone portable de Fatima, avec l’accord de cette dernière. Elle a aussi interrogé longuement en Suisse toutes les personnes de l’entourage de Kevin.
Pour Me Sahli, l’affaire est promise à un dénouement rapide en faveur de son client. « Pour l’instant c’est parole contre parole. Mais lors de la confrontation entre Kevin et ceux qui l’accusent, parmi lesquels Abdessamad Ejjouj, les contradictions éclateront au grand jour. Je fais confiance au juge qui saura vite déterminer qui ment et qui dit vrai », promet-il. La première confrontation entre les différents accusés ne saurait tarder, elle pourrait avoir lieu à la fin mars.




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale