Grippe H1N1 : Le monopole de l’Institut Pasteur passe mal

Grippe H1N1 : Le monopole de l’Institut Pasteur passe mal
Source : LesInfos.ma
14/02/2019 10:15

Les syndicats des pharmaciens ont adressé une missive à Anas Doukkali dénonçant le monopole de l’Institut Pasteur sur la vente du vaccin contre la grippe H1N1. 

C’est un monopole qui passe mal et provoque la colère des pharmaciens au Maroc, depuis plusieurs semaines. Ainsi, ce mercredi, la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc a adressé une lettre au ministre de la Santé pour dénoncer le monopole de l’institut Pasteur sur la vente des traitements et la vaccination contre la grippe A. En effet, les pharmaciens demandent au ministère de tutelle d’intervenir pour que les traitements soient enfin disponibles dans leurs officines et pour que les vaccinations puissent se dérouler au sein même de leurs pharmacies. « De cette manière, l’accès des citoyens à ce vaccin sera plus facile et la campagne de vaccination plus efficace pour assurer la sécurité médicamenteuse et sanitaire du pays », expliquent-ils dans leur lettre comme le rapportent nos confrères du 360.

Un vaccin vendu à 103 dirhams au lieu de 72

Dans leur missive, les pharmaciens expriment aussi leur extrême étonnement face à la manière dont est gérée cette maladie alors que celle-ci a été à l’origine de plusieurs décès. Ils dénoncent aussi le fait que « l’Institut Pasteur soit désigné comme le seul établissement habilité à vacciner les Marocains désireux d’effectuer le pèlerinage aux lieux saints contre la méningite et le virus saisonnier H1N1 ». Une exclusivité qui a poussé les responsables de l’Institut Pasteur à fixer le prix du vaccin à 103 dirhams, alors qu’il ne coûte en réalité que 72 dirhams dans les pharmacies. D’ailleurs, le 9 février dernier, Hassan Ataich, président de la Chambre syndicale des pharmaciens à Fès, avait interpellé l’Institut Pasteur en invitant ses responsables à « promouvoir davantage la recherche scientifique et médicale », formulant l’espoir de voir l’Institut produire les vaccins et les offrir gratuitement aux citoyens au lieu de les vendre.
Parallèlement, les pharmaciens ont tenu à relativiser l'ampleur de cette maladie en indiquant qu'« on ne peut, en aucun cas, attribuer à cette grippe un caractère épidémique. Mais l’expérience actuelle nécessite la prise de mesures préventives qui doivent être menées de manière rationnelle, afin d’assurer la sécurité sanitaire du pays en prévision de l’arrivée d’une véritable épidémie ».




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale