Kiwi, sarrasin, lait de chèvre: mieux informer sur les allergies "émergentes"

Kiwi, sarrasin, lait de chèvre: mieux informer sur les allergies
Source : Sciencesetavenir.fr
15/02/2019 09:05

Moins connus que les allergènes "classiques", certains aliments comme le kiwi, le sarrasin ou le lait de chèvre sont à l'origine d'allergies graves chaque année en France, pointe vendredi l'agence sanitaire Anses, qui recommande de rendre obligatoire l'information sur leur présence dans les aliments.

Actuellement, seuls 14 allergènes figurant sur une liste établie par l'Union européenne doivent obligatoirement être signalés sur l'emballage des produits: c'est notamment le cas des fruits à coque (noisette, noix, amande, etc.), de l'arachide, des crustacés ou encore du lait et des oeufs.

Or, d'après les cas recensés depuis 2002 par le Réseau d'allergo vigilance (RAV), le sarrasin et le lait de chèvre ou de brebis ont causé tous les deux au moins autant d'allergies graves que les mollusques et le soja (une soixantaine de signalements en 16 ans), explique l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation.

Quant au kiwi, au pignon de pin et à l'alpha-galactose, un glucide présent dans la viande de mammifères, ils sont tous à l'origine de plus d'1% des cas d'allergie graves recensés, soit une fréquence plus importante que la moutarde et les sulfites, dont la déclaration est obligatoire.

Ces chiffres restent partiels, car ils ne recensent que les cas les plus graves (anaphylaxie alimentaire sévère) et leur déclaration n'est pas obligatoire, mais ils sont suffisamment importants pour inciter l'Anses à recommander "la mise à jour régulière de la liste des allergènes alimentaires qui doivent être signalés afin de mieux prévenir le risque d'allergie grave".

L'Agence, mandatée par le ministère de la Santé en 2015 pour mettre à jour les connaissances sur les allergies alimentaires en France, souligne également le "manque de données" disponibles sur le sujet, "notamment en raison des limites méthodologiques et de la diversité des méthodes utilisées".

Résultat, impossible de mesurer la fréquence du phénomène et de dire si les allergies alimentaires sont plus fréquentes qu'il y a une vingtaine d'années ou pas...




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale