Une Française pour diriger la FAO ?

Une Française pour diriger la FAO ?
Source : Sciencesetavenir.fr
04/03/2019 11:06

Catherine Geslain-Lanéelle est la candidate de la France et de l'Union européenne pour diriger l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO. Elle est la seule femme sur la ligne de départ pour cette élection qui se jouera en juin 2019.

"Je veux remettre la science au centre de tout". C'est le leitmotiv de Catherine Geslain-Lanéelle, candidate de la France et de l'Union européenne pour diriger la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Seule femme sur la ligne de départ (ses compétiteurs sont Africains, Chinois ou Indien), l'ingénieure agronome pourrait devenir très prochainement la directrice générale de cette structure intergouvernementale, regroupant 194 pays, et dont l'UE, en tant qu'"organisation membre", en fait aussi partie. Force est de constater que 70 ans après sa création, la raison d'être de la FAO - éradiquer la faim et la malnutrition dans le monde - est toujours d'actualité.

 

Au Salon de l'Agriculture où Sciences et Avenir l'a rencontrée lundi 25 février 2019, cette spécialiste de la sécurité alimentaire battait ardemment la campagne, se frayant un chemin entre maquette de forêt fruitière, ateliers de cuisines et tracteur aux formes ovoïdes évoquant un monstrueux coléoptère. Sur le stand d'AgroParisTech - l'école dont elle est diplômée - on la voyait longuement converser avec un aeropage d'étudiant(e)s pour notamment vanter ce type de formation, l'ingénieur ayant selon elle "la capacité de casser la complexité des problèmes".

 

Développer les partenariats de la FAO avec les organismes de recherche

Alors comment "remettre la science, les faits au cœur du travail de la FAO" selon l'expression de la Française ? En mettant à profit la "grande expertise" de cette organisation internationale, "construite notamment au gré de partenariats avec des structures de recherche comme le CIRAD ou l'IRD", explique-t-elle. (Le premier est orienté sur le développement agronomique des pays et régions méditerranéennes ; le second est le seul organisme de recherche au monde financé par un pays développé - la France - dont l'unique objet est de servir les pays de la ceinture tropicale.)

 

Ce réseau de partenariats, Catherine Geslain-Lanéelle entend le développer si elle parvient à s'installer au siège de la FAO - sis à Rome, à quelques pas du Colisée - en créant des liens bien au-delà de la science occidentale : "Il faut aussi aller chercher la recherche de pays africains, sud-américains ou asiatiques". Une approche globale afin de trouver des solutions pour un "système productif élevé et diversifié, et qui préserve les ressources naturelles - sans destruction du sol ou des réserves d'eau - tout en étant adapté au réchauffement climatique"...




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale