Cocaïne, orgies & Club Tropicana:Bienvenue dans l’hôtel préféré de Freddie Mercury et George Michael

Cocaïne, orgies & Club Tropicana:Bienvenue dans l’hôtel préféré de Freddie Mercury et George Michael
Source : Vice.com
12/03/2019 09:00

Ce spot mondialement connu et planté à Ibiza a donné lieu à des millions d’histoires, chacune s'enfonçant toujours plus dans la débauche.

En 1978, Tony Pike, un playboy australien de 43 ans, arrivait sur l’île d’Ibiza et tombait sur une propriété vieille de 500 ans qui était en vente, à Sant Antoni de Portmany. Il n’avait pas le moindre projet d’ouverture d’un hôtel, mais cette propriété abandonnée l’avait touché, en partie à cause de son nom, Can Pep Tonieta (La propriété du petit Tony), qu’il voyait comme un signe.

Ayant dépensé tout son argent dans l’achat de la propriété en ruine, il n’avait d’autre choix que de la restaurer lui-même, avec ses petits bras musclés. Il n’y avait pas d’électricité, pas d’eau courante, et les murs et les plafonds de la bâtisse étaient dans un état de pourrissement avancé. De manière plutôt surprenante, le Pikes Hotel était prêt à ouvrir ses portes quelques années plus tard et, au cours des 30 années qui ont suivi, Tony a continué les travaux, rénovant et réparant pendant l’hiver, lorsque l’hôtel était fermé.

Il a par la suite ajouté une salle de sport, dont il dit que personne ne s’est jamais servi, un court de tennis, la désormais emblématique piscine avec un bar immergé, pour laquelle il a passé 3 mois à creuser à la pioche, ainsi qu’une nouvelle chambre pour lui, au cas où il tombait sur une nouvelle femme ou une amante qui refuserait de dormir dans le même lit que les précédentes.

L’année de l’ouverture, une heureuse rencontre avec un type qui cherchait un lieu pour le tournage du prochain clip du groupe de pop Wham ! s’est avérée cruciale pour l’hôtel. Le morceau Club Tropicana est passé pour la première fois sur MTV en 1983, immortalisant l’hôtel mais aussi Tony Pike, le charmant barman roi des cocktails arborant une moustache de star du porno des années 1970.

Dans ses mémoires, parues récemment, Tony Pike écrit : « Je ne pouvais pas imaginer l’importance que cette vidéo aurait dans ma vie, tant personnelle que professionnelle. Ma petite apparition dans le clip m’a valu une certaine célébrité. La météo était parfaite et l’hôtel ressemblait à un petit paradis. C’était vraiment ce qu’il pouvait arriver de mieux. Après la sortie du clip, l’hôtel était toujours plein. Je dois beaucoup à George Michael. »

L’histoire du Pikes Hotel est intrinsèquement liée à Tony, tant au nom qu’au personnage. Grand conteur d’histoires, Tony charmait ses clients en racontant comment il avait eu une enfance pauvre, comment il avait été victime d’abus, et comment il avait laissé tout ça derrière lui, abandonnant l’Angleterre pour embarquer sur un navire de la marine marchande à l’âge de 15 ans. Puis il embrayait sur les affaires florissantes qu’il avait montées en Australie, ses multiples tours du monde, la fois où il avait survécu à un naufrage dans les Caraïbes, ses cinq mariages, et les plus de 3 000 femmes (et quelques hommes) avec qui il avait couché.

Après des débuts difficiles, sa vie a pris un tournant et il a pris du bon temps, s’attachant à ce que les autres le sachent. C’était aussi un véritable tombeur, un accro au sexe totalement assumé, ce qu’il mettait sur le compte de la double aorte qu’on lui avait diagnostiquée à l’âge de 30 ans. « J’ai un cœur extrêmement solide, se vante-t-il. Un homme en bonne santé pompe 5 litres de sang dans son corps. Moi j’en faisais tourner 7. Et d’après vous, où allaient les 2 litres de rabe ? ! C’est pourquoi j’étais capable de satisfaire tant de femmes. »

L’hôtel est devenu son terrain de jeu. Dans les années 1980 et 1990, des célébrités comme Kylie Minogue, Boy George et Naomi Campell, ainsi que des habitués moins connus, se retiraient dans cet Eden hédoniste niché dans les collines ibiziennes, saison après saison. Julio Iglesias était un habitué. Il avait sympathisé avec le chef de la police locale, qui en avait gros contre Tony, et l’avait convaincu de passer l’éponge. Julio Iglesias venait si souvent qu’une chambre a même porté son nom, ce qui avait rendu Freddie Mercury, un autre habitué, terriblement jaloux. Le chanteur de Queen passait plusieurs mois par an dans cet hôtel, faisant la fête et enregistrant à l’abri ses sons des regards. Ainsi, il avait fêté son 41e anniversaire à l’hôtel, organisant une soirée de débauche et d’excès qui entra à tout jamais dans la légende et dans le folklore de l’île.

« La première fois que Freddie a chanté Barcelona, c’était en mai 1987, dans le bar de derrière, » se souvient Tony. « Cet endroit est ensuite devenu la suite Marrakesh, et finalement, les nouveaux propriétaires ont eu la bonne idée de transformer ce lieu pour en faire le Freddie’s Bar. Il aurait été fou de joie que l’on donne son nom à une boîte de nuit. »

Grace Jones a entretenu une relation ouverte avec Tony pendant plusieurs années, et elle garde un souvenir tendre de Tony : « Il avait un côté très Hugh Hefner. Il avait aussi un pénis énorme, et j’étais heureuse d’en prendre soin. » Les histoires de la petite amie de Tony courant après Grace Jones autour de la piscine à l’heure du petit-déjeuner donnent une idée des facéties qui occupaient le quotidien de cet hôtel où tout était permis...




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale