Au Maroc, une littérature riche mais peu lue

Au Maroc, une littérature riche mais peu lue
Source : Le360.ma
24/03/2017 17:00

Riche et singulière, la littérature marocaine fait face à la rareté du lectorat et à un marché du livre qui peine à décoller, alors que le royaume est l'invité d'honneur du 34e salon du Livre à Paris.

"La littérature marocaine a les pouvoirs d'attraction d'un kaléidoscope", résumait l'écrivain et acerbe critique littéraire Salim Jay.

Dans ce "kaléidoscope", "tous les thèmes sont présents, se télescopent, se renforcent", résume pour l'AFP l'auteur Fouad Laroui, prix Goncourt de la nouvelle 2013, qui aime épingler avec humour et tendresse les travers de sa société natale.

A Paris, le plus important événement dédié au livre en France va voir défiler une trentaine d'auteurs marocains, parmi lesquels la désormais incontournable Leïla Slimani, prix Goncourt pour Chanson douce (Gallimard), Tahar Ben Jelloun (ancien lauréat de ce prix et membre de l'académie Goncourt), le grand poète et romancier Abdellatif Laâbi ou encore les nouveaux talents Reda Dalil et Maria Guessous.

Ils ont en commun d'utiliser comme langue d'écriture le français, ce "butin de guerre" selon l'expression de l'emblématique écrivain algérien Yassine Kateb. ...

 

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale