Le boycott provoquera-t-il un séisme politique ?

Le boycott provoquera-t-il un séisme politique ?
Source : Lesinfos.ma
07/06/2018 13:45

Le départ de Lahcen Daoudi, première « victime » politique du boycott, débouchera-t-il sur un nouveau séisme de gouvernance ? L’impuissance du gouvernement à gérer la crise sociale tend à confirmer cette hypothèse. 

Le destin de Lahcen Daoudi, ministre en charge des Affaires générales et de la Gouvernance, a été scellé mercredi soir lors d’une réunion exceptionnelle tenue en urgence au siège du PJD. Sa démission a ainsi été acceptée par le Chef du gouvernement et sera remise au Roi ce jeudi 7 juin pour approbation. «Après avoir examiné les répercussions de cette participation, il est apparu que Lahcen Daoudi ne devait pas être présent à ce sit-in» (le sit-in des salariés de Centrale Danone, ndlr), a déclaré le numéro deux du parti de la Lampe, Slimane El Amrani, au micro de nos confrères du 360. « Cette participation est contraire aux usages», a-t-il ajouté.

La politique de la culpabilisation

Lahcen Daoudi, qui a multiplié les faux-pas depuis le lancement de la campagne de boycott, semble avoir commis l’erreur de trop pour ses collègues et sa démission était donc l’unique issue logique pour calmer la colère de l’opinion publique et de son parti qui a été surpris de voir un ministre contester son propre gouvernement. 
Mais, le désormais ex-ministre en charge des Affaires générales et de la Gouvernance, n’est que la partie émergente de l’iceberg. Parce que depuis que les Marocains manifestent leur colère en boudant trois grandes marques de consommation, le gouvernement, lui, ne paraît pas pressé de prendre des mesures ni de renouer le dialogue. Pire, il se concentre davantage sur les « affaires » que sur les doléances du peuple, donnant l’impression – à juste titre – que l’Exécutif est plus soucieux de rester au pouvoir que de trouver des solutions urgentes à la crise.
Cette grogne populaire, qui témoigne d’une véritable crise de confiance et d’un malaise social qui semblent pour le moment inaudibles, est loin d’être anodine et les explications économiques servies par le gouvernement sur fond de culpabilisation des boycotteurs de condamner « les petits agriculteurs » à un chômage certain n’ont servi strictement à rien. En fait, les « arguments » des politiques n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu et les tentatives, répétées, de réconciliation sont restées lettres mortes. Les Marocains aujourd’hui expriment un ras-le-bol d’une vie de plus en plus chère et d’un gouvernement, démocratiquement élu, qui brille par son impuissance à apporter des solutions réelles à leurs revendications.

Lire aussi >>> Boycott : Quand la communication du gouvernement est en crise !

L'attaque, la pire des défenses 

Le gouvernement El Othmani semble être dans l’impasse. Dès le lancement du mouvement de boycott sur les réseaux sociaux, plusieurs membres du gouvernement ont préféré attaquer, menacer, insulter les Marocains au lieu d’écouter et de tenter, dès le départ, de trouver des solutions efficaces. Ces faux-pas n’ont fait que cristalliser les tensions et légitimer un mouvement qui aurait pu se « dégonfler » si les politiques avaient su gérer la crise à temps au lieu de la minimiser. Aujourd’hui, l’Exécutif est en train de prouver son incapacité à agir dans l’urgence et à solutionner des problèmes, en plus de perdre la confiance de ses électeurs. À l’instar du séisme politique qui a secoué le Maroc en octobre dernier, le gouvernement est en passe de subir le même sort. Une colère Royale serait plus que légitime si la situation s’éternise et que les politiques ne prennent pas (enfin) leurs responsabilités pour sortir le pays d’une crise inédite.

Lire aussi >>> Boycott. Akhannouch: "Le petit agriculteur est en danger"




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale