Crise diplomatique : L’Arabie Saoudite va relocaliser ses étudiants hors du Canada !

Crise diplomatique :  L’Arabie Saoudite va relocaliser ses étudiants hors du Canada !
Source : LesInfos.ma
07/08/2018 11:15

La télévision d’État saoudienne a rapporté ce lundi que le régime suspendait les bourses de ses étudiants au Canada et qu’il les relocaliserait dans d’autres pays. Pas moins de 7.000 étudiants seraient touchés par cette décision qualifiée de « dévastatrice » par nombre d’observateurs.

La nouvelle est tombée tel un couperet. Lundi soir, la télévision d’État saoudienne a annoncé que le régime suspendait les bourses de ses étudiants au Canada et que ces derniers seront relocalisés dans d’autres pays dont le Royaume-Uni et les États-Unis.
Les étudiants saoudiens et leurs familles, qui font les frais de la crise diplomatique qui a éclaté entre leur pays et le Canada dimanche dernier, seraient au nombre de 7.000. Un des responsables du ministère de l’Education saoudien, Jassem Al-Harbach, a annoncé que les autorités travaillaient d’ores et déjà sur les transferts vers les autres pays.

Choix diplomatique « irrationnel » 

« Ça s’ajoute à une série de choix diplomatiques irrationnels et téméraires du régime sous le prince héritier Mohammed Ben Salmane», a commenté auprès du Journal de Montréal la spécialiste du Moyen-Orient à l’Université de Waterloo, Bessma Momani. Cette dernière explique que cette décision sera encore plus dévastatrice pour les étudiants visés. « Ce sont les futurs influenceurs de la société saoudienne. Plusieurs d’entre eux deviennent d’importants activistes pour les droits humains dans leur pays », a-t-elle analysé.
En conférence de presse à Vancouver, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déploré la récente décision de Riyadh et a profité de l’occasion pour envoyer un message aux étudiants :  « Vous êtes les bienvenus au Canada. [...] Ça serait dommage de priver ces étudiants du droit d’étudier ici ». Chrystia Freeland a aussi assuré que le Canada continuerait à défendre les droits humains dans ses relations internationales tout en précisant que l’ambassade du Canada en Arabie Saoudite resterait ouverte.

Les étudiants saoudiens ne réagissent pas

Jassem Al-Harbach, directeur du département des bourses au sein du ministère de l’Education saoudien, a expliqué que les premiers choix du régime saoudien étaient naturellement tournés vers les États-Unis et le Royaume-Uni en raison des opportunités d’éducation dans ces deux pays. « Nous avons commencé à coordonner avec les missions là-bas », a-t-il déclaré. « L’Irlande, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et Singapour sont également des destinations envisagées », a-t-il précisé, alors même que les milliers d’étudiants sont accompagnés par plus de 5.000 personnes, également à la charge des autorités.
Parmi la dizaine d’association d’étudiants saoudiens au Canada contactée lundi par l’Agence de presse québécoise QMI, aucune n’a souhaité répondre aux questions des journalistes. « Les étudiants sont très surveillés par des représentants du gouvernement saoudien. S’ils ne se comportent pas comme il faut, ils peuvent se faire retirer leurs bourses », a analysé un observateur local.
Selon une note de recherche publiée l’an dernier par l’Institut du Québec et relayée par le Journal de Montréal, il y avait en décembre 2015, 11.682 étudiants saoudiens au Canada, dont 505 au Québec.
Les tensions entre le Canada et l’Arabie Saoudite ont éclaté après des déclarations sur Twitter de l’ambassade canadienne, qui s’est dite vendredi « gravement préoccupée » par une nouvelle vague d’arrestations de militants des droits de l’homme dans le royaume, tout en exigeant leur « libération immédiate ». Suite à ces propos, l’Arabie Saoudite a rappelé son ambassadeur au Canada « pour consultations », assurant qu’elle n’accepterait d’aucun pays une ingérence dans ses affaires intérieures ou « des diktats ». Considéré comme persona non grata par Riyadh, l’ambassadeur canadien a été expulsé manu militari vingt-quatre heures plus tard. Le Canada s’est dit « sérieusement inquiet » de l’expulsion de son ambassadeur, précisant qu’il cherchait « à en savoir plus ».

 




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale